Éco-Business

Agence nationale de la sécurité routière : 2020, une première année fort studieuse !

Après la mise en place d’un plan d’action pour la reprise de l’activité des établissements qu’elle supervise, l’Agence nationale de la sécurité routière a tenu son deuxième conseil d’administration. Zoom sur ses grandes priorités.

Depuis l’activation du nouveau statut de l’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA) en février 2020, celle-ci a enclenché une série de mesures afin de s’adapter au contexte exceptionnel lié à la Covid-19. Une feuille de route a aussi été élaborée pour l’amélioration des services aux usagers. L’Agence a tenu, vendredi dernier, son deuxième conseil d’administration dans sa nouvelle mouture, l’occasion de de faire le point sur l’ensemble des priorités stratégiques et de tracer la perspective de la future étape.


En tête des axes clés auxquels la NARSA s’est s’attelée au cours de cette année, figure l’intérêt porté au processus de digitalisation. Autre sujet ayant focalisé l’attention : celui des critères relatifs au programme de renouvellement du parc automobile, notamment pour ce qui est des primes liées au renouvellement et à la casse des véhicules de transport public de voyageurs et de transport de marchandises. Faut-il le souligner, les nouvelles normes appliquées couvrent aussi les véhicules de transport public dans le monde rural, ainsi que les camionnettes de transport des marchandises dont le poids autorisé est inférieur à 3,5 tonnes. À moyen terme, de nouvelles normes devront entrer en vigueur en matière de renouvellement des véhicules destinés à l’enseignement de la conduite. Cette refonte réglementaire devra s’accompagner d’une vaste opération de digitalisation, menée conjointement avec Al Barid Bank, essentiellement pour le dépôt des dossiers des usagers auprès de la banque postale, ainsi que la digitalisation et la conservation des archives.

Par ailleurs, des modalités d’échange de données ont aussi été déployées durant cette année, tout comme la réception des paiements des usagers pour les prestations fournies aux agences postales au guichet unique. «Ce projet offrira une proximité des services avec les usagers, à travers le dépôt des dossiers de permis de conduire et de cartes d’immatriculation, et le paiement des frais auprès des 763 agences d’Al Barid Bank, au lieu de s’appuyer sur les 76 centres d’immatriculation des véhicules seulement», est-il estimé par le conseil d’administration de la NARSA.

Une forte mobilisation contre l’insécurité routière
Dans la foulée des axes évoqués lors du conseil d’administration de l’agence, le sujet de la sécurité routière était bien entendu inévitable. Le constat évident, sur la base des données statistiques, est que la sécurité routière a été le plus grand «bénéficiaire» du confinement, l’ensemble des indicateurs en la matière s’étant nettement améliorés par rapport à l’année écoulée. Ainsi, sur les neuf premiers mois de 2020, une baisse de 22,5% a été enregistrée en termes d’accidents routiers, ce qui a positivement impacté les statistiques relatives aux pertes humaines. Entre janvier et septembre derniers, le nombre d’accidents mortels a baissé de plus de 23%, de même que le bilan des blessés a reculé de plus de 24%. D’autres indicateurs dévoilés laissent entrevoir une «baisse significative de l’indicateur de risque, où 6 points ont été gagnés au cours des cinq dernières années», est-il indiqué auprès du département de tutelle. Dans la continuité, le renforcement du contrôle routier était également en tête de liste des actions menées par la NARSA au cours de cette année. L’agence a, en effet, fourni 280 radars mobiles nouvelle génération aux organes du contrôle routier, ce qui «permettra de renforcer le contrôle de la vitesse, l’un des principaux facteurs d’accidents de la circulation», souligne la tutelle. Pour ce volet crucial, le plan d’action projeté par la NARSA englobe l’achèvement de l’installation et la mise en fonctionnement des radars fixes. Il s’agit d’installer, en trois ans, 552 radars, dont 148 seront fonctionnels avant la fin de cette année. Ils seront affectés au contrôle de la vitesse supérieure et moyenne en milieu urbains et permettront de vérifier que les feux rouges sont respectés. En dépit du report des actions de sensibilisation sur le terrain jusqu’à la fin de la crise sanitaire, l’agence procédera au lancement d’une campagne de communication portant sur le renouvellement du permis de conduire et du certificat d’immatriculation des véhicules. 

Contrat-programme, la nouvelle version ne fait pas encore l’unanimité

L’examen des dossiers ayant suscité des tensions entre les partenaires sociaux devrait intervenir après l’activation des mesures contenues dans le projet de plan de relance sectoriel. Tous les segments du transport routier sont concernés par le bilan conjoint en cours d’élaboration entre l’État et les syndicats afin d’aboutir à une version du contrat-programme qui puisse convaincre les 52 représentations actives au niveau national. La reprise de la formation des chauffeurs et leur couverture sociale sont les deux dossiers devant être bouclés avant la fin de l’année. Les deux parties ont décidé de préparer conjointement de nouveaux modèles de contrat avec les centres de formation, qui seront aussi approuvés par le département des Finances. Les nouvelles clauses devront accélérer le processus de la formation exigée, ce qui permettra de finaliser le dossier qui figure en tête de liste des revendications syndicales.

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page