Éco-Business

Aéronautique : le secteur prêt pour le décollage post-Covid-19

Après un atterrissage forcé dû au covid-19, le secteur aéronautique national déploie ses ailes pour amorcer son décollage post-covid19. Toutes les conditions météo semblent réunies pour un vol réussi. 

Un envol vers une destination pleine de belles promesses où carnets de commande «bien remplis» et création d’emplois riment ensemble. Ce tableau de bord où tous les signaux sont au vert a été dévoilé, mardi à Casablanca, par le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour. Pour Mezzour, qui s’exprimait à l’ouverture de la sixième édition de l’ «Aerospace Meetings Casablanca». Il ne fait aucun doute que le meilleur reste à venir pour la plateforme aéronautique marocaine qui ne cesse de consolider sa position au niveau international. Les chiffres confirment ce «formidable» envol de l’industrie aéronautique au Maroc, avec plus de 140 entreprises opérant actuellement dans le secteur.

Ce dernier, qui emploie 20.000 personnes, pèse un chiffre d’affaires à l’export de deux milliards de dollars et présente un taux d’intégration de 40%, une croissance moyenne de 20% par an, soit 4 fois plus que la moyenne mondiale et 5 fois la croissance du PIB. Autant d’indicateurs qui attestent de belles performances que le Maroc entend bien pérenniser. Le Royaume, considérée comme une destination à fort potentiel de croissance, veut s’ouvrir aujourd’hui à de nouveaux métiers et intégrer des technologies innovantes à forte valeur ajoutée, confirme ainsi son positionnement stratégique sur la carte mondiale de la construction aéronautique.

C’est tout le sens de la signature des différentes conventions de partenariat dont le coup d’envoi est donné par Abdellatif Miraoui, ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. Des partenariats conclus avec les universités et le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS), à travers son Cluster d’innovation «Aerospace Moroccan Cluster», dans l’objectif de renforcer le positionnement de la plateforme aéronautique du pays.

En misant sur l’innovation, la recherche et développement, ce cluster soutient la compétitivité régionale du secteur en visant l’excellence et en favorisant une dynamique de croissance nouvelle basée sur la création de valeur, et sa portée internationale en tant que segment générateur de richesses et d’expertise, dans un pays producteur de technologies et d’innovations.

À noter aussi l’inauguration d’une nouvelle usine par le Groupe AD industrie et le projet d’extension lancé par Hexcel Corporation. Deux événements majeurs qui démontrent la montée en compétence du secteur, lequel fabrique davantage de matériaux composites, un des éléments clés de la décarbonation du secteur.

Assemblage d’éléments de structure,  câblage-connectique, chaudronnerie aéronautique, électricité, électronique, ingénierie-Études, maintenance avions et moteurs, mécanique de précision-usinage, moulage aéronautique, produits chimiques… (voir liste complète dans page infographie), le tissu industriel aéronautique national n’a jamais été aussi diversifié.

Par ailleurs, le ministre a fait part d’un changement de cap au niveau du capital humain, en visant la préparation de 100.000 «cols blancs» dans les quatre prochaines années, destinés aux secteurs aéronautiques et automobiles.

Après une première phase marquée par la formation de «cols bleus» qui ont fait le succès de la plateforme industrielle marocaine, l’accent est mis désormais sur la création d’emplois qualifiés, eu égard au niveau de compétence des jeunes Marocains et leurs aspirations professionnelles, a-t-il dit. Satisfait de la cadence d’intégration du secteur, le patron du Gimas, Karim Cheikh, se réjouit des discussions avec la direction d’Airbus, lesquels ont confirmé l’augmentation des cadences à des rythmes élevés, se réjouit-il. «On a une forte envie de retrouver, voire dépasser les chiffres d’avant-Covid», souligné Cheikh, rappelant que le secteur avait réalisé un chiffre d’affaires de deux milliards de dollars, avec un taux d’intégration locale de 42%.

Organisé par l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE) en partenariat avec le Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiale (GIMAS) et Advanced business event (ABE), l’«Aerospace Meetings Casablanca» réunit, jusqu’au 17 mars, l’ensemble des opérateurs du secteur implantés au Maroc et des donneurs d’ordre et équipementiers internationaux. L’événement, qui se positionne comme une convention d’affaires internationale, a pour vocation de mettre en relation les différents acteurs de la supply-chain aéronautique, des constructeurs, aux équipementiers en passant par les fournisseurs.

Il a permis, cette année encore, aux industriels de l’aéronautique, marocains et étrangers, de développer des relations d’affaires, via des rendez-vous préprogrammés et de prospecter les opportunités de collaboration. L’événement, auquel ont pris part plus de 400 personnes, est marqué par la participation de plus de 200 entreprises (dont 75 marocaines), représentant 19 pays. Une présence qui conforte le positionnement du Royaume en tant que hub industriel attractif et compétitif pour les industriels, les investisseurs et les donneurs d’ordre internationaux.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page