Éco-Business

6,5 MDH mobilisés pour la saison 2017-2018

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Dans le cadre de la stratégie Bois-énergie, le Haut-commissariat aux eaux et forêt et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) prévoit de distribuer cette année pas moins de 6.300 fours améliorés.


Adoptée par le HCEFLCD, la stratégie Bois-énergie vise à réduire la pression sur la forêt, selon un planning décennal 2015-2024 portant sur la distribution de 60.000 fours améliorés (60 MDH). Il s’agit d’optimiser la gestion durable des ressources forestières en conciliant l’augmentation des ressources en Bois-énergie avec la réduction de la consommation. Le Bois-énergie est une source d’énergie renouvelable majeure pour la planète. D’après les statistiques de la FAO, le bois fournit au monde environ 40% de l’approvisionnement global actuel en énergie renouvelable. En Afrique, le bois de feu ou le charbon de bois représente plus de 80% de toute l’énergie domestique utilisée.

Depuis 2015, le HCEFLCD mène un programme important visant la distribution de fours économes de bois au profit des usagers des forêts vivants dans les zones prioritaires. L’objectif est de réduire la consommation de bois de feu en améliorant l’efficacité énergétique des fours utilisés de 50% en moyenne. Cela permet également d’améliorer les conditions de vie de la population rurale en matière d’hygiène et de santé, notamment pour la femme rurale. La mise en œuvre de ce programme se fait suivant un ordre de priorité et en parfaite coordination avec les autres partenaires, notamment le ministère de l’Intérieur dans le cadre du programme de lutte contre la vague de froid. La priorité en matière d’intervention sera centrée au niveau de quatre régions, en l’occurrence Tanger-Tétouan-Al-Hoceïma, Fès-meknès, Béni Mellal-Khénifra et Marrakech-Safi. Pas moins de 110 communes rurales ainsi que 300.000 ménages sont touchés par l’action du HCEFLCD. Cette priorité a été définie sur la base de quatre critères influençant cette consommation, à savoir la zone géographique rurale et de montagne, le bioclimat (bioclimat sub-humide et humide), l’importance du taux du couvert forestier et la vulnérabilité des populations usagères. En termes d’impact, le programme Bois-énergie permet de réduire progressivement le déficit énergétique en bois de feu (pertes en capital de bois sur pied) de 7.500 tonnes/an, la première année jusqu’à 150.000T/an (15%) à la fin du décennal, soit l’équivalent de la production de l’exploitation de 4.000 ha de plantations d’eucalyptus adultes à 10 ans ou de chêne vert adulte à 40 ans.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page