Éco-Business

124 MMDH de recettes ordinaires

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
La hausse des recettes fiscales est également due à l’accroissement des recettes de la fiscalité domestique de 4,8% (71,1 MMDH)./DR

La situation des charges et ressources du Trésor, arrêtée à fin juillet 2016, fait ressortir une augmentation des recettes ordinaires de 3,7%, pour s’établir à 124,2 MMDH contre 119,7 MMDH un an auparavant, selon la Trésorerie générale du royaume (TGR).


Cette progression est le résultat de la hausse des impôts directs (+7,8%), des droits de douane (+19,7%), des impôts indirects (+2,1%) et des droits d’enregistrement et de timbre (+6,6%), conjuguée à la baisse des recettes non fiscales de 11,3%, explique la TGR. Elle vient de publier son bulletin mensuel de statistiques des finances publiques de juillet 2016.

Les recettes fiscales se sont établies à 111 MMDH durant les sept premiers mois de 2016, contre 104,9 MMDH durant la même période de l’année écoulée, enregistrant une progression de 5,8%, relève la TGR.

Cette évolution est attribuable à l’augmentation des recettes douanières (droit de douane, TVA à l’importation et taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques) de 6,5%, s’élevant à 33,9 MMH à fin juillet 2016. 

La hausse des recettes fiscales est également due à l’accroissement des recettes de la fiscalité domestique de 4,8% (71,1 MMDH), ajoute la même source. Et la TGR de noter que les recettes de l’impôt sur les sociétés (IS) ont été de 25,6 MMDH contre 23,7 MMDH, soit une hausse de 8,1%, alors que les recettes de l’impôt sur le revenu (IR) ont augmenté de 7,2% par rapport à fin juillet 2015 (23,5 MMDH contre 21,9 MMDH). 

Concernant les recettes non fiscales, elles ont atteint 11,8 MMDH contre 13,3 MMDH un an auparavant, soit un repli de 11,3%, en dépit du versement par certains comptes spéciaux du Trésor (CST) de 2,2 MMDH au budget général, avant reversement à d’autres CST.

En effet, cette diminution des recettes non fiscales s’explique notamment par la baisse de 42,8% des recettes en atténuation des dépenses de la dette (1,7 MMDH contre 3 MMDH), et de 79,7% des fonds de concours avec 351 MDH contre 1,7 MMDH et de 46,4% de la redevance gazoduc (562 MDH contre 1 MMDH).

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page