Auto

Evénement : BMW et Smeia dévoilent un casting de rêve au FIFM !

Après une éclipse de deux ans, due aux raisons que l’on connaît tous, le Festival international du film de Marrakech (FIFM) a repris ses droits du 11 au 19 novembre dernier. L’occasion pour BMW Maroc, transporteur officiel de ce rendez-vous incontournable du 7e art, depuis l’édition de 2015, de crever l’écran par l’intermédiaire des trois stars de sa gamme 100% électrique, les i4, i7 et iX ! 

À l’occasion de la 19e édition du Festival international du film de Marrakech, les projecteurs étaient au moins autant braqués sur l’asphalte des rues de la ville rouge et des petites routes de son arrière-pays que sur le tapis de la même couleur. Et pour cause, en plus d’avoir mobilisé une flotte impressionnante de véhicules pour cette fête du cinéma, le transporteur officiel de l’événement depuis 2015, BMW et son importateur exclusif au Maroc, Smeia, ont organisé les essais presse de trois modèles, et pas des moindres : l’i4, l’i7 et l’iX ! Trois fières représentantes de la branche de la marque à l’Hélice dédiées à l’électromobilité, BMW i : une berline Coupé, une limousine et un grand SUV au taquet ! Présentation.

BMW i4 : fort comme quatre !
Coupé 4 portes tiré à quatre épingles, le BMW i4 est bâti sur la plateforme de la deuxième génération de la Série 4. L’air de ressemblance est frappant avec la variante Gran coupé de cette dernière, tant au niveau de l’outfit qu’à bord. C’est donc au rayon technique et, par voie de conséquence, en matière de sensations de conduite, que cette i4 se distingue vraiment de sa frangine thermique. Et là, c’est le jour et la nuit ! L’i4 eDrive 40, variante disponible à l’essai, embarque un électromoteur développant 340 ch et 430 Nm. À son volant, le «handling» typique de BMW, la direction directe et informative, le train arrière joueur, font merveille, se jouant facilement du poids de la bête (plus de 2,1 tonnes) sur les routes sinueuses de la campagne marrakchie. Les points forts intrinsèques des véhicules électriques, à savoir la présence du couple maxi sur toute la plage d’utilisation du moteur et un freinage des plus mordants (au point de demander un temps d’adaptation), permettent aussi à l’i4 de rendre une copie des plus convaincantes. BMW annonce une autonomie de 580 km (cycle WLTP).Pour sa part, l’autre déclinaison proposée au catalogue de Smeia, la très «rock n’roll» M50, fait appel à un deuxième moteur électrique, histoire de ne pas faire de jaloux entre les deux essieux, de bénéficier de quatre roues motrices et, surtout, de (beaucoup) plus de watts : 544 ch et 795 Nm !

BMW i7 : l’i-mousine !
À l’instar de l’i4, la gargantuesque i7 (5,39 m de long) est l’alter ego 100 % électrique d’un modèle thermique. Dans son cas, c’est la «sérénissime» Série 7 qui a fait office de «donneuse d’organes” ! Là encore, seuls de petits détails extérieurs (les écopes d’air des boucliers avant et arrière et les touches bleutées caractéristiques des modèles BMW i) permettent de différencier cette i7 inédite de la septième génération de la limousine «historique». Les différences sont encore moins marquées dans l’habitacle, théâtre d’une orgie de matériaux nobles et d’une «masterclass» technologique.

Le BMW Curved Display, constitué d’une instrumentation numérique de 12,3 pouces et d’un écran tactile central de 14,9 pouces, offrent une connectivité proverbiale. La démonstration technologique se poursuit à l’arrière, avec la présence du très spectaculaire «BMW Theatre Screen», écran tactile 8K XL (31,3 pouces), «compatible» Amazon prime video et rattaché à un système audio Bower & Wilkins travaillant de concert avec une trentaine de haut-parleurs et de tweeters, de plusieurs caissons de basse… Il est également question de démesure côté salle des machines, avec la présence de deux électromoteurs affichant une puissance cumulée de 544 ch et un couple maxi de 745 Nm, et d’une grosse batterie de 101,7 kWh. À la clé, une vitesse de pointe de 240 km/h, un 0 à 100 km/h ne nécessitant que 4,7 s et une autonomie de 695 km en cycle WLTP.

BMW iX : l’extra-terrestre
Aussi bluffants soient-ils, l’i4 et l’i7 se situent quelques crans en-dessous de l’iX sur l’échelle de l’exubérance comme sur celle de la conscience écolo. Ce grand SUV de quasiment 5 mètres de long n’a pas d’équivalent thermique dans le line-up du constructeur à l’Hélice. Il a été développé intégralement comme un véhicule propre, a bénéficié d’un processus de production vertueux de A à Z, durable, au sein de l’usine carbone zéro de Dingolfing, en Allemagne, et prend également ses distances avec les autres modèles de la marque au plan du style extérieur, aussi futuriste qu’élégant, et de la présentation intérieure. Il hérite, comme ses deux frangins, du BMW Curved Display et de ses deux grands écrans en enfilade, mais s’offre un intérieur épuré au possible, qui répond aux canons de beauté de la philosophie «Shy Technology».

Le luxe est omniprésent, mais l’écueil du bling-bling est savamment évité. Véritable laboratoire roulant, conçu pour la conduite autonome de niveau 3 (en avance sur les législations les plus avancées en la matière), l’iX abrite un moteur électrique de 326 ch et 630 Nm dans sa variante xDrive 40, créditée d’une autonomie de 420 km, et deux électromoteurs dans sa déclinaison xDrive 50, qui revendique 523 ch et 795 Nm et un rayon d’action supérieur de 200 km grâce à sa batterie de 105 kWh.

Mehdi Labboudi / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page