Sports

Les aveux d’Hervé Renard à « Sofoot »

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le sélectionneur marocain, Hervé Renard, a accordé une interview au média sportif français «So foot». Le «sorcier blanc» y revient sur la qualification des Lions de l’Atlas à la Coupe du Monde et son parcours sur le banc marocain.


L’interview commence par quelques questions sur l’homme avant d’en venir à d’autres qui portent sur son parcours avec la sélection marocaine.

Questionné sur sa joie mesurée, ou sa non-célébration du but de Nabil Dirar, Renard explique que le but était de tempérer tout le monde. Une façon de dire que le chemin était encore long. «Car finalement, qu’on soit content, c’est bien, mais si on est content à la 25e minute et qu’à la fin on ne se qualifie pas, ça ne sert pas à grand-chose.» a-t-il souligné. Aussi, il a précisé par la même occasion que ses anciens joueurs (les Ivoiriens) ont fait preuve d’un fair-play immense.

Le technicien français a évoqué sa prise de fonction avec les Lions. Dans ce sens, il avait posé à ses joueurs la question que voici : «Pourquoi cette équipe avec autant de joueurs de qualité n’a pas de bons résultats depuis très longtemps ?» ; avant d’enchainer : «Je leur ai posé la question, mais je n’attendais pas la réponse. (Rires.) La réponse, je l’avais déjà. J’ai simplement voulu leur montrer que ce n’est pas toujours la faute d’un entraîneur, et qu’à un moment donné, il faut une prise de conscience et savoir se remettre en question».

Taquin comme à son habitude, « So foot » a demandé au protégé de Claude Le Roy s’il pouvait échanger cette qualification à la coupe du monde contre une victoire à la Can 2017. Sa réponse est sans équivoque : «Non, la Coupe du monde était vraiment l’objectif principal, même si bien évidemment j’aurais bien aimé gagner les deux (Rires.)».

Lors de cette sortie médiatique, le second français à qualifier le Maroc pour une phase finale de la Coupe du Monde n’a pas tari d’éloges à l’égard de Mehdi Benatia. «Mehdi est le patron, le capitaine, le joueur d’expérience, celui qui transmet les messages. C’est un entraîneur sur le terrain. Je suis retourné le chercher, car j’avais vraiment besoin de lui.» a-t-il déclaré.

Hervé Renard est revenu sur sa dispute et sa réconciliation avec Hakim Ziyech avant de conclure sur comment il appréhende la Coupe du Monde. Et il n’a pas fait de langue de bois : «Je vais en rêver jusqu’au mois de juin. Pour moi, ça va être un événement exceptionnel. J’en ai rêvé depuis ma jeunesse. Depuis 1978 et la première Coupe du Monde à laquelle j’ai assisté en tant que téléspectateur, j’ai toujours eu dans un petit coin de la tête cette envie d’y participer. Aujourd’hui, c’est chose faite et ce n’est que du bonheur».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page