Sports

Issam El-Hadary, le sphinx

Mardi 17 janvier, le gardien égyptien a pulvérisé le record de longévité des joueurs encore en service à disputer la CAN. Avec 148 sélections avec les Pharaons et quatre Coupes d’Afrique à son actif, Issam El-Hadary est entré dans le panthéon du football.


L’Italie a son gladiateur, Gianluigi Buffon (39 ans), et avant lui l’emblématique Dino Zoff qui  a raccroché ses crampons à 44 ans. L’Égypte, elle, a son Pharaon Issam El-Hadary. À 44 ans, le gardien égyptien a été aligné  mardi dernier lors de la rencontre qui a opposé l’Égypte au Mali (0-0). Côté palmarès, El-Hadary a enrichi de nouveau son «bottin» : 148 sélections, quatre CAN (1998, 2006, 2008, 2010), huit titres de champion avec son club Al Ahly FC, trois Leagues des Champions de la CAF et trois Supercoupes de la CAF. Excusez du peu.

Le secret de sa longévité : une hygiène de vie implacable malgré sa résidence au Caire, une des villes les plus polluées au monde. Pour se protéger des pics de pollution et garder la forme, El-Haddary habite juste à côté du stade d’Al Ahly FC et il est le premier à arriver aux entraînements et le dernier à partir. Son autre trait de caractère ? El-Hadary n’aime pas voyager, puisque la seule fois où il a quitté son pays, après son désamour avec Al Ahly, c’était en 2009, quand il a rejoint le club suisse du FC Sion. Il retournera un an après à son pays.

Retour de la Momie
On rembobine. En 2006, El-Hadary est aligné lors de la Coupe d’Afrique organisée en Égypte notamment. Avec l’emblématique entraîneur, Hassan Shehata, l’Égypte se qualifie en finale contre la Côte d’Ivoire. Dans le chaudron du Stade international du Caire, les deux équipes doivent aller aux tirs au but pour se départager. Le premier tireur ivoirien n’est autre que Didier Drogba. El-Hadary arrête le tir de l’Ivoirien et propulse son pays au sommet de l’Afrique. Hassan Shehata et Issam El-Hadary vont faire main basse sur la CAN lors des éditions 2008 et 2010. Un an après, l’Égypte sombre dans le chaos de la révolution et disparaît des radars du foot africain. Pendant trois éditions, Issam El-Hadary est momifié avec ses coéquipiers. El-Hadary joue pour le Zamalek, le rival de son club de cœur, Al Ahly FC, et se perd entre 2012 et 2013 dans des clubs de moins grande facture : Wadi Dejla, Isamili SC ou encore l’Itiihad d’Alexandrie. Lors de cette CAN 2017, il va écrire une nouvelle page de sa légende.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page