Sports

Copa America: Lionel Messi remporte enfin son premier titre avec l’Argentine

Après 28 ans de vaches maigres, l’Argentine a remporté le titre de championne de la Copa America de football, en battant le Brésil, son rival éternel et pays hôte par 1 but à 0, Messi engrangeant son premier titre majeur avec l’Albiceleste.

Au mythique stade de Maracana, à Rio de Janeiro, les Argentins l’ont emporté grâce au but d’Ángel Di María à la 22e minute sur une passe en profondeur du milieu du terrain Rodrigo de Paul qui a surpris l’ailier Renán Lodi. Ángel Di María a récupéré le ballon, a pris de la vitesse et a littéralement trompé le gardien Ederson qui sortait pour couper le ballon.


L’Argentine a porté son palmarès à quinze titres, à égalité avec l’Uruguay, en tête du classement des nations les plus titrées de l’épreuve.

Au passage, Lionel Messi (34 ans), buteur de cette 47è édition avec 4 buts (5 passes décisives), a porté sa moisson totale à 17 buts se hissant en tête des buteurs historiques de la compétition continentale (17 buts), exæquo avec le Brésilien Zizinho et un autre argentin, Norberto Mendez.

Si l’Albiceleste est sortie victorieuse, c’est notamment en maitrisant le ballon et en fermant toutes les brèches devant le pays hôte, qui était lui en quête d’un dixième titre, le deuxième d’affilée après celui engrangé en 2019 contre le Pérou sur le même stade de Maracana.

Neymar, qui n’a pas joué la Copa América 2019 en raison d’une blessure, devrait attendre une autre occasion pour remporter son premier titre avec la Selecao.

En 35 rencontres contre les Vert et Jaune dans la plus ancienne des compétitions d’équipes nationales au monde, l’Argentine a étendu son hégémonie, avec désormais 16 victoires. Les Brésiliens ont gagné 10 fois et il y a eu 8 nuls.

La victoire a porté à 20 le nombre de matches dans lesquels l’Argentine n’a pas connu la défaite, a stoppé la série de 13 matchs sans défaite du Brésil et a permis aux visiteurs de se venger de la défaite subie en demi-finale de la Copa América 2019 contre les Brésiliens.

Lors du début du match, les rivaux historiques se contentaient de tâter le terrain, avec des tentatives brésiliennes de contrôler le jeu mais sans créer de danger pour le gardien Emiliano Martínez.

L’Argentine a également préféré les passes courtes avant de tenter d’avancer vers le but d’Éderson mais sans renoncer aux contre-attaques qui recherchaient toujours Ángel Di María à l’aile droite. Le Brésil a essayé de faire pression grâce au trio Paquetá, Neymar et Richarlison mais en vain.

Au moment où le Brésil prenait l’initiative et se rapprochait du but d’Emiliano Martínez, Di María, qui a rarement été aligné dès le départ dans cette édition, a ouvert le score à la 22e minute sur une contre-attaque.

L’attaquant du Paris SG a d’abord intercepté une passe lointaine de Rodrigo De Paul et a profité d’une dégringolade de l’arrière gauche Renan Lodi pour avancer et battre le gardien Éderson, faisant taire les peu de supporters brésiliens autorisés à assister au match. Pour ce match, la mairie de Rio a permis la présence de quelques milliers de supporters, soit 10% de la capacité d’accueil du Maracana, en raison des risques liés à la propagation du coronavirus qui a fait plus de 530.000 morts au Brésil.

Di María, qui était transparent tout au long de la compétition, a en effet profité d’une baisse de la garde à son égard par les Brésiliens visiblement plus soucieux de Messi que de n’importe quel autre joueur.

L’attaquant a participé dans trois autres contre-attaques dangereuses en première mi-temps qui ont effrayé les Brésiliens, au cours desquelles il a ressenti une jambe inconfortable pour laquelle il a dû être soigné.

Le Brésil a eu sa meilleure occasion en première mi-temps à la 30e minute lorsque Neymar a reçu une passe du gardien Émerson et a été victime d’une faute de Paredes près de la surface. Neymar lui-même a tiré le coup franc mais son ballon a heurté le mur.

Les hôtes sont revenus mieux en seconde période avec la décision de l’entraîneur, Tite, de sacrifier Fred pour laisser la place à l’attaquant Roberto Firmino, Neymar se repliant pour jouer comme milieu de terrain.

En seulement dix minutes, les Brésiliens ont créé trois occasions claires, dont un but de Richarlison refusé et un tir du même joueur sauvé sur la ligne par Martinez.

Au milieu de la pression brésilienne, le jeune entraîneur argentin, Lionel Scaloni, quasi-inconnu jusqu’à sa prise des commandes de la sélection, a décidé de renforcer sa défense pour tenter de gérer l’avantage, faisant entrer Guido Rodríguez et Nicolás Tagliafico.

Dans l’autre camp, le Brésil a continué de renforcer son attaque avec l’entrée de Vinicius Júnior et de l’attaquant de Flamengo Gabriel Barbosa « Gabigol ».

Bien que Neymar a assumé la responsabilité de diriger l’offensive brésilienne et a commencé à apparaître plus fréquemment, la défense argentine renforcée a pu neutraliser la machine brésilienne.

Le Brésil a pressé dans les dernières minutes, principalement avec Vinicius à gauche et Gabigol au centre, mais a échoué dans les finitions, ratant ainsi pour la première fois le titre de la Copa America organisée sur ses terres.

Martinez a sauvé l’Argentine à trois minutes de la fin en stoppant un tir de Gabigol.

Khalid Attoubata

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page