Partenaires

L’éducation à l’innovation responsable, de premières initiatives en Afrique

PUBLI-RÉDACTIONNEL

L’éducation, source du bien
«Nul n’est méchant volontairement»(1), exprime Platon, en justifiant que si quelqu’un agit avec malveillance envers autrui, c’est par manque d’éducation, manque d’instruction et de savoir. Car le savoir est la clef du monde, si tant est que l’on puisse y accéder.

L’acquisition de connaissances pour elles-mêmes n’est pas une fin en soi. Et un individu normalement informé connaît le réchauffement climatique qui se propage, a une idée de l’accélération des disparitions des espèces animales, est conscient des conséquences des activités humaines sur la couche d’ozone par exemple.


Toutefois l’important n’est pas tant l’acquisition des connaissances que leur utilisation. D’ailleurs il nous arrive régulièrement de penser que nous agissons correctement sans pour autant que cela en soit une réalité. Autrement dit l’usage des connaissances doit nous permettre d’agir autant que de remettre en cause ce que nous croyons savoir, de modifier ce que nous tenions pour certitudes, de nous rapprocher au plus près de la vérité.

Ces enjeux de l’éducation sont fondamentaux pour innover avec responsabilité. En effet il ne fait pas de doute que l’on ne doit plus innover comme cela fut le cas ces dernières décennies. Les enjeux politiques, environnementaux et humains obligent l’innovateur à agir avec responsabilité(2). À l’évidence l’éducation joue un rôle avec cette question déterminante: comment formons-nous les futurs innovateurs ? La position schumpetérienne prônant la recherche de profit sans aucune autre considération n’est évidemment pas tenable(3) et l’intégration de la responsabilité au moment de mettre en œuvre un nouveau produit ou service est devenu un must do. Dans ce cadre les initiatives en Afrique se multiplient et se retrouvent même sur le devant de la scène.

De premiers exemples en Afrique
Il y a maintenant plus d’une dizaine d’années que le sujet de l’innovation responsable est présent, d’abord en Europe, puis se distillant à différents endroits du monde, en Asie, notamment en Chine et à Singapour, aux États-Unis également. Mais l’Afrique n’est pas en reste. Fin 2021 deux organisations ont reçu le label francophone de l’innovation responsable(4)  :

• L’université Mahajanga, Madagascar, pour le projet porté par la Pr. Hery Lisy Tiana Ranarijaona : «De la conservation durable à la cosmetopée et pharmacopée écotouristiques dans le jardin botanique campus universitaire Ambondrona».

• L’Université Euromed de Fès, Maroc, pour le projet porté par Mustapha Bennouna : «Programme UEMF durable». Ces exemples nés au sein des universités soulignent la vivacité de l’innovation responsable en Afrique et la volonté d’intégrer cette responsabilité dans les enseignements.

La diffusion de l’enseignement à l’innovation responsable irrigue au-delà des universités. C’est le cas de L’Oréal, leader mondial de la beauté. L’entreprise internationale s’est en effet engagée dans des formations à la responsabilité qui sont notamment dispensées auprès des jeunes femmes scientifiques en Afrique(5) L’enjeu est de responsabiliser la communauté scientifique à propos des possibles conséquences de leurs travaux en recherche et développement.

Très engagée sur le sujet Alexandra Palt, Directrice Générale – Responsabilité Sociétale et Environnementale et Directrice Générale de la Fondation L’Oréal souligne qu’il est «urgent de donner aux femmes les moyens de contribuer équitablement à résoudre les défis qui sont les nôtres – changement climatique, pauvreté, inégalités sociales.

Pour inventer et déployer des solutions pertinentes, nous devons de toute urgence tenir compte des problématiques de genre, en considérant à la fois les besoins des femmes et des hommes, en particulier à l’heure de soutenir la recherche scientifique ou de lutter contre le changement climatique.»(6)

La formation à l’innovation responsable dans les universités, mise en œuvre par les organisations internationales sont un signe d’une prise de conscience quant aux défis que nous rencontrons et l’Afrique se doit d’être en première ligne au regard de son fort développement tant économique que démographique. Plus encore, l’Afrique pourrait être le Hérault de l’innovation responsable face à des économies européennes et américaines installées et conservatrices dont le basculement vers une «nouvelle forme d’innovation» semble difficile à mettre en œuvre.

La jeune génération d’étudiants africains, les jeunes cadres sur ce territoire d’avenir, se doivent de réclamer l’innovation responsable auprès de leurs universités, auprès des organisations qui les emploient. Autrement dit, l’enseignement de l’innovation responsable devient certainement un nouvel impératif catégorique kantien que les écosystèmes, tant du côté des organisations corporates que du côté des institutions éducatif.

(1) Platon, Ménon, 77a-78b.
(2) Xavier Pavie, L’innovation à l’épreuve de la responsabilité, PUF 2018
(3) Schumpeter Joseph, Théorie de l’évolution économique, trad. Jean-Jacques Askett, Dalloz, 1999
(4) Ce label permet d’identifier les innovations responsables générées par les universités francophones pour les valoriser et les développer. Organiser l’accompagnement des universités francophones désireuses d’innover de façon responsable. Former et accompagner les chercheurs, les personnels, les étudiants et les enseignants des universités francophones à l’innovation responsable et à son impact social et environnemental.
(5) La recherche africaine veut développer sa dimension éthique Le Monde, 24 novembre 2021
(6) www.fondationloreal.com/fr/fondation-loreal le-mot-dalexandra-palt-directrice-generale-de-la-fondation-loreal

Biographie express

Xavier Pavie est philosophe, Professeur à l’ESSEC Business School, directeur du centre iMagination et chercheur à l’Institut de Recherches Philosophiques à l’Université Paris Nanterre. Il est l’un des premiers chercheurs à souligner l’importance de l’innovation responsable, notion qu’il est chargé de définir en 2014 avec l’appui d’un réseau d’universités internationales au sein d’un projet soutenu par la commission européenne. Xavier Pavie a publié une vingtaine d’ouvrages et articles concernant l’innovation responsable et la philosophie des exercices spirituels.

Son ouvrage, «L’innovation à l’épreuve de la philosophie» (Presses Universitaires de France) a été élu meilleur ouvrage de management 2019. Dernier ouvrage paru : «Exercices spirituels philosophiques» (PUF 2022). Xavier Pavie a été reconnu parmi les personnalités les plus influentes au monde dans la catégorie Education (LinkedIn Top Voices -n°5- ).


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page