Opinions

Les nouvelles technologies, levier de performance et de productivité

Haidi Nossair,
Sr. Directeur – Groupe des solutions clients – MERAT, Dell Technologies.

La transformation numérique n’est pas un phénomène nouveau : il y a 11 années de cela, se profilaient déjà les prémices de la transformation numérique, lorsque des employés et des étudiants avaient commencé à ramener et à utiliser, sur leur lieu de travail ou à l’école, leurs ordinateurs portables personnels. Cette tendance, que l’on appelait à l’époque «Bring your own Device» (BYOD), n’allait pas tarder à servir de prélude à toute une vague de changements numériques qui allaient survenir par la suite. Avec l’arrivée de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, la transformation numérique allait s’accélérer davantage, mais aussi commencer à revêtir de nouvelles formes. Du jour au lendemain, des millions d’utilisateurs à travers le monde entier se sont retrouvés confinés chez eux et obligés de travailler à distance, ce qui avait alors incité de nombreuses entreprises à renforcer leurs capacités numériques dans le but de continuer à être au plus près de leurs employés, mais aussi de leurs clients et partenaires.


Cette nouvelle tendance au «do-it-from-anywhere» va alors se généraliser à travers toute la planète. Face à ce contexte particulier, une question se pose d’office : les entreprises détiennent-elles des capacités suffisantes, et sont-elles suffisamment outillées sur le plan numérique pour pouvoir faire face à cette situation complètement nouvelle ? Il est donc grand temps pour les entreprises de commencer à réévaluer leurs capacités de travail et d’apprentissage à distance, et ce en mettant en place un cadre de travail numérique plus adapté, mais aussi en instaurant une infrastructure digitale qui soit plus sécurisée et plus agile et qui puisse garantir une productivité accrue à tout moment et à partir de n’importe quel endroit. Face aux nouveaux défis qui s’imposent, l’expérience des utilisateurs devra figurer au centre de toutes les préoccupations. L’informatique devra s’adapter pour devenir encore plus flexible afin de pouvoir répondre aux nouvelles exigences.

Il est nécessaire de s’adapter rapidement
Dell Technologies, en partenariat avec l’Association des utilisateurs des systèmes d’information au Maroc (AUSIM) et BearingPoint, vient tout récemment de dévoiler les résultats d’une étude menée au Maroc autour de la thématique «Le DSI face à l’accélération du digital : entre impératifs d’urgence et nécessité d’adaptation». Destinée à mettre en lumière l’impact de la Covid-19 sur les directions de systèmes d’information (DSI), l’enquête offre un aperçu saisissant des conséquences de la pandémie sur de nombreux volets stratégiques : digital, organisationnel, gouvernance, etc. Elle se fonde sur des témoignages directs et sur des avis d’experts. L’étude indique ainsi que 64% des entreprises interrogées prévoient de maintenir ou d’augmenter leurs budgets IT.Autre information à retenir dans le cadre de cette étude, 85% des DSI sondées mentionnent deux chantiers prioritaires devant leur permettre de maîtriser davantage leurs coûts: celui de la continuité d’activité et celui des outils collaboratifs, preuve de l’adaptation des entreprises marocaines au contexte Covid.

Parmi les tendances technologiques notables, l’étude retient le cloud, 68% des répondants déclarant l’avoir déjà adopté ou être en train de procéder à sa mise en place. En deuxième position, la data analytics est l’autre technologie incontournable : 52 % des personnes interrogées affirment l’avoir déjà implémentée ou être en cours de son implémentation. Enfin, la sécurité est considérée à 86% comme la première raison justifiant l’adoption des nouvelles solutions IT, à l’heure où l’intégration et la performance arrivent en second plan.

Être toujours productif,  peu importe l’endroit où l’on se trouve
Selon un article intitulé «Share of Enterprises Adopting Home Office Strategies in Morocco H2 2020» publié par le site Statista.com, la plupart des entreprises au Maroc ont réussi à maintenir intacte leur activité au second semestre 2020, malgré le contexte sanitaire lié à la crise du coronavirus. Les entreprises opérant dans certains secteurs d’activité tels que la communication sont celles qui ont le mieux réussi à adopter rapidement des stratégies de télétravail (65%). Elles ont été suivies par les entreprises qui opèrent dans le secteur de l’énergie (47%).

Par ailleurs, le secteur de l’hôtellerie et de la restauration est celui qui a enregistré le plus faible niveau de passage au télétravail. Globalement, la pandémie de coronavirus a eu des répercussions sur l’économie marocaine depuis son apparition dans le pays en mars 2020.

Cet article nous démontre qu’il est plus que jamais essentiel de mettre en place un cadre de travail numérique qui soit sécurisé et personnalisé et qui permette aux utilisateurs d’être toujours productifs, peu importe l’endroit où ils se trouvent. Il est également important d’instaurer un climat de collaboration qui soit intelligent et innovant, et qui permette aux utilisateurs d’atteindre leur plein potentiel de productivité. Une technologie désuète, lente ou peu fiable n’est guère de nature à encourager la productivité ; bien au contraire, elle contribuera surtout à créer un sentiment de frustration auprès des utilisateurs.

À l’inverse, une technologie performante et sûre entraînera une expérience d’utilisation nettement plus positive qui se traduira par une productivité plus accrue, mais aussi par d’excellents niveaux d’engagement, de motivation et de satisfaction. Le point de départ consiste à développer des outils numériques parfaitement adaptés à la manière avec laquelle chaque personne effectue son travail. Il serait opportun de mettre en place une véritable cartographie des besoins qui serait basée sur une étude des différentes «personas» et qui permettrait à votre entreprise de créer des expériences optimales de travail au moindre coût. En imaginant un nombre adéquat de personas pour chaque entreprise, il sera possible de fournir aux utilisateurs le bon type d’appareil et d’outil, mais aussi de mettre à leur disposition la connectivité et les applications idoines afin qu’elles puissent s’affranchir aisément de toutes leurs tâches.

Flexibilité et sécurité : deux notions qui feront le futur du travail à distance
Optimiser votre infrastructure et sécuriser vos données (que ce soit sur site, sur le cloud ou sur les deux) est aujourd’hui une condition sine qua non si l’on veut créer un climat viable au sein duquel les utilisateurs pourront travailler et apprendre à distance de manière encore plus efficace et productive. Les cybermenaces, qui ne cessent de croître et d’évoluer, se nourrissent essentiellement des nouvelles vulnérabilités générées par le travail et par l’apprentissage à distance. Selon une étude menée pour le compte de VMware Carbon Black, les attaques de ransomware contre des multinationales ont atteint un pic de 148% depuis le commencement de la pandémie de Covid-19. Dans ce contexte, il est essentiel de garder une longueur d’avance sur les risques potentiels liés à la cybercriminalité si l’on souhaite protéger efficacement nos terminaux et notre infrastructure digitale. Selon le Dell Technologies Digital Transformation Index Report 2020 pour les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite, la garantie de la sécurité et de la confidentialité des données représente un critère essentiel dans le développement de la transformation numérique et pour la généralisation de l’inclusion digitale.

Que pouvons-nous faire dès aujourd’hui pour bien préparer notre futur ?
La transformation numérique organisationnelle dans laquelle nous nous engageons aujourd’hui nous dotera de toute la flexibilité nécessaire pour mieux nous adapter aux exigences de l’avenir. L’adoption mais aussi l’adaptation de la technologie permettra aux utilisateurs de produire plus à moindres frais. Des technologies telles que l’intelligence artificielle (IA) ou le cloud ont déjà commencé à modifier en profondeur notre manière de travailler (notamment en matière d’automatisation des processus et des tâches redondantes, en vue de permettre aux employés d’être encore plus innovants ou de mieux contrôler les objets connectés à distance). Les entreprises doivent donc s’adapter de manière transparente à ces nouveaux modes de travail, en constante évolution. Toutefois, nous devons veiller à aborder tous ces changements avec prudence. La transformation numérique peut être technologiquement complexe et financièrement difficile à suivre.

Pour réussir à surmonter les incertitudes éventuelles, nous devons commencer à concevoir et à élaborer des stratégies de travail à distance de bout en bout qui incluent une meilleure définition des différentes «personas», mais aussi des applications et des outils digitaux les mieux adaptés. Au tout début de la pandémie, nous avons vu de quelle manière plusieurs entreprises étaient amenées à se transformer rapidement afin de permettre à leur personnel de commencer à travailler à domicile.

Aujourd’hui, les entreprises investissent davantage dans la sécurisation du travail et des données échangées à distance par leurs effectifs. Il ne fait aucun doute que ce nouveau modèle de travail hybride n’en est encore qu’à ses balbutiements et qu’il devrait connaître un essor encore plus important dans les années à venir. Si l’on veut réussir à faire efficacement face à tous les changements futurs, nous devons commencer dès aujourd’hui à opter pour des technologies qui garantissent que le travail à distance soit accompli de manière à la fois transparente, fluide, efficace et sécurisée.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page