Opinions

Les frontières et le sol européens sont importants, mais ceux marocains le seraient-ils moins?

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

C’est un point d’honneur que le Maroc s’est donné : le fait de lui demander son aide active et continue en matière de lutte contre l’immigration clandestine vers l’Europe ne peut se conjuguer sans le respect de ses causes premières et de leurs enjeux stratégiques.

Et il a plus que raison ! Un partenariat, cela se construit et se préserve des deux côtés et il ne saurait aucunement en être autrement si l’on veut que cette relation soit équilibrée et bénéfique pour tous. Voilà justement ce dont il s’agit, dans le cap que traversent les relations maroco-espagnoles actuellement.


Notre voisin ibérique a dérapé en prenant sous son aile le mentor des séparatistes qui, de plus, se trouve être recherché sur le sol espagnol pour des motifs loin d’être mineurs. Et en voulant camoufler une bévue, ce cher voisin a exacerbé la gravité de la situation, brandissant des arguments des plus creux.

En parallèle, et en dépit de la position «imprécise» de l’Espagne sur le dossier du Sahara depuis de longues années, le Maroc a continué à respecter l’engagement moral qu’il avait pris de contribuer à réduire les départs irréguliers vers le Vieux continent. Aujourd’hui, il a suffi que quelques hordes de migrants se fraient un chemin vers le sol espagnol pour que l’Europe tressaillisse et admette le rôle clé du Maroc.

D’ailleurs, un appel a aussitôt été lancé par la commissaire européenne afin que «le Maroc continue à s’engager à empêcher les départs irréguliers, et que ceux qui n’ont pas le droit de rester soient renvoyés de façon ordonnée et efficace. Les frontières espagnoles sont les frontières de l’Europe», a-t-elle estimé.

Les frontières et le sol européens sont donc importants, mais ceux marocains le seraient-ils moins? Rappelons-nous que le chef de la diplomatie avait bien résumé l’état de fait lorsqu’il avait appelé l’Europe à clairement trancher sa position dans le dossier du Sahara. L’heure est venue de le faire ! 

Meriem Allam / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page