Opinions

Le Maroc doit-il craindre le variant Omicron ?

EDITO. C’est un véritable ascenseur émotionnel auquel nous avons droit à propos du variant Omicron. Alors que le niveau d’alerte est hissé au rouge et que la vigilance est portée à son extrême, l’Organisation mondiale de la santé vient de faire une sortie pour le moins surprenante, encore que, depuis le début de la pandémie du nouveau coronavirus, ce n’est pas la première fois que cette institution semble se positionner à contre-courant des autorités sanitaires dans le monde.

Ainsi donc, l’OMS nous signale-t-elle que la plupart des infections à l’Omicron sont bénignes et qu’aucun cas grave n’a été relevé à ce jour. Ce diagnostic, l’institution onusienne en charge du volet de la santé, l’a fourni mercredi sur la base de «certains indicateurs préliminaires». Sommes-nous, dans ce cas, en train de céder à une vaine panique ? Que penser alors des avis émis par les experts selon lesquels ce variant est encore plus violent que son grand frère, le Delta ?


Plus encore, les décisions draconiennes prises, dans le sens des fermetures des frontières et de l’accélération des opérations de vaccination, étaient-elles précipitées ? Il serait plus intelligent, et plus mature, pour chacun de nous de rester convaincu que c’étaient là les bonnes résolutions à prendre. S’aventurer à prendre à la légère le risque lié à ce nouveau variant supposerait, en effet, d’assumer la facture économique et sanitaire qui en découlerait. Et ce prix-là, aucun gouvernement ne peut aujourd’hui se permettre d’en prendre la responsabilité. Au début de la crise sanitaire, on a bien vu ce que le manque de réactivité a fait subir au monde : un effet boule de neige extrêmement rapide dont les effets n’ont, à ce jour, pas encore pu être résorbés. Même les plus récalcitrants à l’égard de la vaccination anti-covid ne sont pas prêts à revivre le scénario de 2020, surtout que les prémices de relance se sont à présent avérées bien réelles.

Voilà pourquoi, en quelque sorte, l’on préfère croire que ce nouveau variant est à prendre au sérieux et que les mesures fermes qui ont été prises étaient loin d’être un luxe.

Meriem Allam / Les Inspirations ÉCO

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page