Opinions

Facebook, Instagram et WhatsApp: les conséquences de la panne

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Que nous apprend la panne mondiale qui a frappé les plateformes sociales les plus influentes de la Toile, dans la journée du lundi ? D’abord, que l’on aura beau les critiquer ou en dénoncer la «légèreté du contenu», plus personne ne parvient à envisager son quotidien sans ces bons vieux réseaux sociaux.

Il n’y a qu’à voir l’ampleur de la panique qui a gagné le monde dès les premières constatations desdites perturbations, pour s’en convaincre. D’après les chiffres qui ont circulé à l’issue de cet incident, plus de cinq millions de signalements, venus du monde entier, auraient été recensés durant la première heure de blocage.


Ce qui a fait dire aux experts en cybersécurité que nous venons d’assister à la panne «la plus importante jamais observée».

L’autre leçon d’influence, que nous a donnée cette panne géante, est celle de la sensibilité du marché, quand il est bien mature.

Il aura suffi de quelques heures de déconnection, pour que l’un des hommes les plus riches du monde essuie des pertes de quelque 7 milliards de dollars, une facture colossale pour le patron d’un mastodonte mondial déjà pris dans une profonde crise de réputation, qui fait parler d’elle depuis quelques jours.

Par ailleurs, l’on constate aussi l’importance de l’agilité quand on voit à quelle vitesse un opérateur peut gagner des points, lorsque son concurrent est dans la tourmente. En un jour, la messagerie Telegram, par exemple, s’est propulsée de la 56e à la 5e place des applications gratuites les plus téléchargées aux États-Unis.

Rien que cela ! Last but not least, un autre enseignement vient s’ajouter à notre liste : celui de la gestion de la communication de crise.

Le groupe mondial a, certes, fait dans la brièveté en émettant un communiqué pour invoquer un «changement de configuration défectueux» des serveurs, mais, en tout cas, il n’a pas sombré en apnée. Et son patron non plus. Crédible ou pas – les avis divergeront certainement- mais Zuckerberg a présenté ses excuses aux millions d’utilisateurs, au lendemain du «rétablissement» de la situation, même si le monde entier se faisait encore l’écho de la persistance de quelques anomalies.

Tout cela pour dire aussi que les revers d’un fulgurant succès peuvent être lourds, très lourds !

Meriem Allam / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page