Maroc

Vols spéciaux de la RAM : c’est le rush !

Les premiers vols spéciaux de Royal Air Maroc, programmés dans le cadre de l’opération exceptionnelle liée à l’état d’urgence sanitaire au Maroc, se déroulent dans des conditions «très satisfaisantes» selon la tutelle.

Des hommes en uniforme sur le trottoir de l’agence Royal Air Maroc sise avenue des FAR, à Casablanca. Pas d’amalgame, ce n’est pas un braquage. Ce sont des membres des forces de l’ordre qui veillent au grain, depuis plusieurs jours, devant la foule qui chaque se forme devant le bâtiment abritant la compagnie nationale. Cela a été le cas ce mercredi 15 juin. Une longue file d’attente s’est formée devant l’entrée principale du seul point de vente de RAM ouvert à Casablanca. Des hommes et femmes de plusieurs nationalités, de tous âges ou presque, patientent, masque sur le visage depuis l’aube. Il est 10h. À l’intérieur, huit guichets sont ouverts aux visiteurs qui, après un contrôle de la température à l’entrée et un lavage des mains avec une solution hydro-alcoolique, sous la supervision de deux agents, s’isolent sur des chaises rouges basses mais bien rembourrées, disposées à plus d’un mètre l’une de l’autre. Certains clients sont venus acheter un billet ou se renseigner sur le protocole des vols spéciaux, tandis que d’autres veulent changer le plan de leurs vols.


Des conditions «très satisfaisantes»
Le tableau serait presque le même devant toutes les agences de la compagnie ouvertes au public dans les grandes villes du royaume, après un rush sans précédent sur les réservations sur le site de la RAM. Après plusieurs mois de confinement, les Marocains et étrangers bloqués dans le pays se bousculent pour profiter de l’occasion qui leur est offerte. Mais comment RAM, qui étend désormais la vente des billets au réseau national des agences de voyage, gère-t-elle ce flux massif de voyageurs? C’est la ministre du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale qui répond à cette question. Selon Nadia Fettah Alaoui, les premiers vols spéciaux programmés dans le cadre de l’opération exceptionnelle liée à l’état d’urgence sanitaire au Maroc se déroulent dans des conditions «très satisfaisantes». La membre du gouvernement, en «mode patrouille» à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, ce mercredi, pour s’assurer du respect des mesures de prévention dans le contexte d’urgence sanitaire, assure que «Nous allons veiller quotidiennement à ce que l’application de ces mesures soit stricte et ferme pour garantir la sécurité et la santé des passagers et des employés, qui sont une priorité pour les partenaires des différents aéroports du royaume».

RAM-Air Arabia, un tamdem performant
De son côté, le directeur général de l’Office national des aéroports (ONDA), Zouheir Mohamed El Oufir, a fait part de sa satisfaction quant au déroulement des vols exceptionnels exploités par RAM, épaulée par Air Arabia. Une association de circonstance pour permettre aux citoyens marocains et résidents étrangers de rentrer au royaume ou de quitter le pays dans les meilleures conditions, dira-t-ton. «Nous avons mis en place un plan pour pouvoir garantir, dans les meilleures conditions, la sécurité sanitaire des passagers et des usagers de l’aéroport. Ce plan est mis en place avec l’ensemble des partenaires des aéroports (Direction générale de la sûreté nationale, Gendarmerie royale, Douane, Autorités locales, etc.)», a-t-il soutenu. Dans le détail, poursuit la même source, le plan porte notamment sur l’exploitation aéroportuaire de la gestion des flux à travers la séparation physique ou par plaques en plexiglas aux endroits fixes, où existe une interaction humaine avec les passagers (comptoirs d’enregistrement, comptoirs d’information, salles d’embarquement et postes aux frontières ‘Départ et Arrivée’), les signes et stickers collés au sol, les distributeurs de gel partout à l’aéroport, ainsi que l’obligation du port du masque pour les usagers (passagers et employés). Il s’agit aussi de limiter l’accès à l’aéroport aux passagers de manière à réduire le risque, de sensibiliser à travers des messages sonores, des panneaux d’orientation et des indications sur les gestions barrières, de désinfecter et nettoyer en continu les endroits de traitement à l’aéroport (espaces des passagers, des bagages, etc.) et de placer des caméras thermiques dernière génération sur le parcours des passagers à l’arrivée, permettant de consulter la température de 15 personnes à la fois. Le directeur général de l’ONDA a, par ailleurs, fait savoir que l’ensemble des employés de l’aéroport ont subi le test de dépistage du coronavirus, rassurant qu’aucun cas positif n’avait été enregistré. Pour rappel, le premier vol international «post-Covid-19» reliait, le 15 juillet, l’aéroport Mohammed V de Casablanca à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, avec à bords des membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger, des étrangers résidant au Maroc ou des touristes étrangers qui étaient bloqués sur le territoire national, ainsi que des étudiants marocains inscrits dans des universités étrangères et des citoyens qui devaient se rendre à l’étranger pour se faire soigner, sur autorisation exceptionnelle.

Khadim Mbaye
Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page