Maroc

Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?

La Haute autorité de santé de France (HAS) affirme dans un récent avis que les personnes ayant déjà contracté la Covid-19 et qui en ont guéri conservent une certaine immunité et recommande de leur injecter une seule dose du vaccin anti-Covid-19. Sauf qu’au Maroc, l’autorité à suivre, qui est le ministère de la Santé, n’a encore émis aucun avis officiel à ce propos, répond tout simplement un expert interrogé.

Après avoir recommandé, dans un avis publié en décembre dernier, d’attendre trois mois après la fin des symptômes chez les personnes ayant déjà contracté le virus pour envisager la vaccination, la Haute autorité de santé de France actualise sa position. En effet, elle confirme l’attente des trois mois, mais recommande de se rapprocher des six mois et de n’utiliser, dans ce cas, qu’une seule dose de vaccin.


Quid du Maroc ?
Le Maroc doit-il prendre en compte ces recommandations de la Haute autorité française ? Cela, d’autant que si l’on considère le nombre de cas de personnes infectées jusqu’ici, qui se chiffre à près de 470.000 (hors décès), le calcul est vite fait. La solution d’une dose unique chez les personnes guéries permettrait de vacciner plus de citoyens que prévu. Notons que le Maroc s’est fixé comme objectif de vacciner 80% de sa population. Par ailleurs, pour le directeur du laboratoire de virologie de l’Université Hassan II de Casablanca, Mustapha Ennaji, le plus important reste la santé et la sécurité sanitaires des citoyens indépendamment des volets économiques ou autres. «La haute autorité de santé au Maroc, c’est le ministère de la Santé et je ne pense pas qu’il y ait un avis tranché à ce sujet. Il faudrait donc attendre un avis officiel du ministère de la Santé avant de pouvoir se prononcer», souligne-t-il.

Les précautions à prendre
Dans son avis, l’autorité publique française souligne que les personnes ayant eu une infection par le Sars-CoV-2, confirmée par un test RT-PCR ou antigénique doivent être considérés comme protégées pendant au moins trois mois par l’immunité post-infectieuse. Ainsi, la même source, relevant que les données ne permettent pas encore de statuer sur la réponse immunitaire au-delà de six mois, recommande de réaliser la vaccination dans un délai proche de six mois et confirme qu’elle ne doit pas être envisagée avant les trois mois après l’infection. «Cela conduit la HAS à ne proposer qu’une seule dose aux personnes ayant été infectées par le Sars-CoV-2, quelle que soit l’ancienneté de l’infection. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel», poursuit l’autorité publique française.

De même, la HAS rappelle que la vaccination des personnes ayant déjà été infectées doit s’envisager dans le cadre des règles de priorisation établies, c’est-à-dire selon leur risque de développer une forme grave de Covid-19 en raison de leur âge et/ou des comorbidités. Par ailleurs, la Haute autorité de la santé précise que la vaccination avec une seule dose ne concerne pas tous les types de patients et mentionne deux exceptions. Il s’agit notamment des personnes présentant une immunodépression avérée et des personnes ayant reçu une première dose de vaccin et qui présentent une infection par le Sars-CoV-2 avec PCR positive dans les jours qui suivent cette première vaccination. L’institution française a également tenu à préciser d’abord que la réalisation d’une sérologie pré-vaccinale n’est pas pertinente et non recommandée et ensuite que la présence de symptômes persistants après une Covid-19 n’est pas une contre-indication à la vaccination. Et de préconiser, dans ce dernier cas de figure, une consultation médicale avant vaccination pour juger au cas par cas de l’intérêt de celle-ci. Notons que ces recommandations se fondent sur les travaux réalisés par la Société de pathologie infectieuse de langue française (SPILF) présentés lors d’une audition en commission technique des vaccinations de la HAS.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page