Maroc

Une condition incontournable pour réaliser la justice et l’équité

L’indépendance du pouvoir judiciaire constitue une condition incontournable pour réaliser la justice et l’équité, a affirmé, samedi soir à la Maison de la Culture de Ksar El Kébir, le ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme, Mustapha Ramid. 

« L’indépendance du pouvoir judiciaire, aux niveaux institutionnel et pratique, se veut une condition sine qua non d’un verdict juste et équitable, et la Constitution de 2011 a consacré 21 articles (de 107 à 128) à cette question, ce qui pose les jalons d’une réelle indépendance du pouvoir judiciaire », a précisé le ministre, qui s’exprimait lors d’une conférence scientifique sur « les droits et les libertés à la lumière de l’indépendance du pouvoir judiciaire ».

Dans ce cadre, Ramid a affirmé que l’indépendance du pouvoir judiciaire puise son essence dans la Constitution de 2011, qui a également accordé un intérêt particulier aux droits économiques, sociaux et environnementaux, aux côtés des droits politiques et civils, notant que cette indépendance a été consacrée par les deux lois organiques relatives au Conseil supérieur du pouvoir judiciaire et au statut des magistrats, ainsi que l’indépendance d’autres institutions, à travers l’implication du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire, qui doit veiller à l’application des garanties relatives à l’indépendance, la nomination, la promotion, la retraite et la discipline des magistrats.

« Les droits et les libertés sont protégés par les différentes institutions principales du Royaume, alors que le pouvoir judiciaire, eu égard à son pouvoir exécutif, est doté de tous les moyens pour garantir la protection et la promotion de ces droits », a-t-il insisté, soulignant l’impératif d’activer les moyens de censure intérieure et extérieure pour protéger le pouvoir judiciaire des intrus corrompus, et ce via l’adhésion de tous les intervenants, dont les avocats, les citoyens et les médias, et à leur tête le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire. 

« La promotion de la démocratie passe par l’indépendance des pouvoirs », a rappelé le ministre, notant que cette indépendance doit être accompagnée d’un autocontrôle, mais également des autres formes de contrôle nécessaire, en vue d’assurer une indépendance de la justice garantissant la protection des droits et des libertés. 

Concernant les conditions nécessaires pour garantir la protection des droits et des libertés, le ministre a précisé que le magistrat doit remplir les conditions « d’indépendance, d’intégrité et de compétence », en vue de rendre un verdict juste et équitable dans un délais raisonnable, et de faire valoir les droits et les libertés, et ce conformément aux principes de base de l’indépendance du pouvoir judiciaire.

 

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page