Maroc

Un nouveau scénario pour la gestion de la gare routière

À l’issue de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la commune, c’est la SNTL qui avait répondu au mieux aux critères exigés conformément au Cahier des charges. Plus de trois années après avoir présenté son premier scénario pour la gestion et l’exploitation de la nouvelle gare routière de Tiznit, le conseil communal de la ville se dirige vers la gestion déléguée de ce service public au lieu de la création d’une SDL avec la Société nationale des transports et de logistique (SNTL).

Et pour cause, le ministère de l’Économie et des finances avait déjà demandé (cas de la gare de Midelt) à la SNTL de limiter son intervention, en assurant dans un cadre conventionnel, la gestion des gares routières au Maroc, conformément aux dispositions de l’article n°8 de la loi 39-89, autorisant le transfert d’entreprises publiques au secteur privé, au lieu de prendre des participations dans les capitaux des SDL. Aujourd’hui, la SNTL est la plus favorite pour remporter le marché de la gestion et l’exploitation de cette nouvelle gare routière, suite à sa candidature spontanée qui a été acceptée par l’ancien conseil communal accompagnée d’une étude de faisabilité technique, économique et financière.


En effet, à l’issue de l’appel à manifestation d’intérêt lancé par la commune, c’est la SNTL qui avait répondu aux critères exigés dans le cadre d’une grille d’évaluation et une échelle de notation conformément aux articles 19 et 20 du Cahier des charges afférent aux conditions générales de la gestion déléguée de la gare routière de Tiznit. En attendant l’officialisation de cette gestion déléguée à travers son approbation lors d’une session ordinaire, sa durée d’exploitation, a été fixée à 10 ans, à la base d’une redevance annuelle. Mais elle ne sera effective qu’après la signature de ladite convention par le conseil communal de Tiznit et la SNTL, avec l’approbation effective des instances compétentes. Bien entendu, une fois que la gestion sera cédée, et étant donné que les travaux sont déjà achevés, le ministère de l’Équipement et du transport devra publier un arrêté rendant obligatoire pour les transporteurs publics de voyageurs, desservant Tiznit, l’usage de la gare routière de voyageurs de cette ville.

Du côté de la Commune urbaine de Tiznit, les autorisations d’ouverture d’agences au niveau de la ville ont été déjà bloquées afin de limiter d’une part les points de stationnement des cars, mais aussi pour pousser les professionnels à choisir leurs points de vente avant de rejoindre cette gare routière. Un arrêté a été également produit dans ce sens en 2013 dans le but de limiter la prolifération des agences de voyages et par conséquent réduire le nombre d’autocars qui stationnent sur la voie publique. En chiffres, cette activité est assurée par 132 autocars dont 10 sont basés à Tiznit, 15 au terminus et 107 en transit avec un nombre total de voyageurs de 200.000 personnes par an. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page