Maroc

Terres collectives: du nouveau dans l’opération de melkisation

À ce jour, les enquêtes parcellaires et auprès des ménages sont achevées. Les plans de lotissement ont été préparés pour 37.500 ha dont 11.500 ha sont en cours d’exécution. Quelque 185 actes d’héritage ont été établis.

C’est un chantier social qui vise à éradiquer nombre de freins et contraintes techniques et juridiques entravant l’opération de melkisation des terres collectives depuis de longues années. Plus de 82.000 ménages sont concernés par ce dossier qui nécessite la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes en vue de promouvoir une participation inclusive de l’ensemble de la population cible. En raison de la très haute importance de ce programme, le Maroc a choisi de l’inclure dans le cadre du Compact II signé par le gouvernement marocain et la Millennium Challenge Corporation. Deux ans après son lancement officiel, l’opération pilote de melkisation des terres collectives situées à l’intérieur des périmètres d’irrigation est-elle sur les bons rails? «Malgré la situation sanitaire exceptionnelle vécue depuis mars 2020, cette opération avance à bonne cadence», selon Malika Laasri, directrice générale de l’Agence MCA-Morocco. Cet ambitieux programme englobe 66.000 ha de terres collectives situées à l’intérieur des périmètres d’irrigation du Gharb et du Haouz et plus de 31.000 bénéficiaires.


À ce jour, on note l’achèvement des enquêtes parcellaires et auprès des ménages sur 47.681 ha, la préparation des plans de lotissement pour 37.500 ha dont 11.500 ha sont en cours d’exécution et l’implantation des bornes sur 7.388 ha. Malika Laasri souligne qu’en appui à la mise en œuvre de cette opération, et suite à l’abrogation de l’article 8 du dahir relatif aux terres collectives situées dans les périmètres d’irrigation visant à reconnaître le droit de tous les héritiers des ayants droit de posséder ces terres et à consacrer le principe d’égalité entre les hommes et les femmes, 185 actes d’héritage ont été établis à ce jour «grâce à l’accompagnement de l’Agence MCA-Morocco et au soutien des différentes parties prenantes». Rappelons que, conformément aux recommandations royales pour faire des terres collectives un levier du développement économique et social en milieu rural, cette opération vise l’activation de la melkisation à titre gracieux des terres situées à l’intérieur des périmètres d’irrigation. Elle permettra d’améliorer le niveau de vie de la population cible à travers l’accroissement des investissements agricoles, l’accompagnement socio-économique des bénéficiaires et la création d’emplois. Visant la construction d’un modèle de développement des terres collectives dans les périmètres d’irrigation pour lutter contre la pauvreté en milieu rural, ce programme s’inscrit dans le cadre de l’activité «Foncier rural» à laquelle est dédiée une enveloppe de 33 millions de dollars pour faire face au déficit de productivité de ce foncier causé, entre autres, par une valorisation insuffisante de la superficie agricole utile. Il s’agit d’une opération pilote menée de concert avec les ministères de l’Intérieur et de l’Agriculture, l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC) et les Offices régionaux de mise en valeur agricole du Gharb et du Haouz. Plusieurs mesures d’accompagnement ont été développées avec les partenaires en vue de valoriser les terres agricoles «melkisées», développer l’inclusion de la population cible et renforcer son autonomisation à travers la conclusion des accords de partenariat portant sur «la facilitation de l’accès aux crédits bancaires, le renforcement des capacités techniques et professionnelles des agriculteurs et le développement d’activités génératrices de revenus et d’emplois en faveur des femmes et des jeunes».

Dans ce cadre, «l’Agence MCA-Morocco a mis les bouchées doubles pour activer les mesures d’accompagnement de l’opération de melkisation convenues avec l’Agence nationale de lutte contre l’analphabétisme (ANLCA) et l’Office national du conseil agricole (ONCA) en vue de maximiser les retombées économiques et sociales de cette opération, en général, et de renforcer l’autonomisation des femmes et des jeunes ruraux, en particulier», indique Malika Laasri. Dans le cadre du programme d’alphabétisation fonctionnelle, des modules complémentaires ont été élaborées et le programme de renforcement des capacités des alphabétiseurs et gestionnaires d’ONG mobilisés pour l’ouverture des classes d’alphabétisation a démarré. Par ailleurs, les mesures initiées en coopération avec l’ONCA ont porté sur la mise en œuvre de l’axe de partenariat relatif à l’entreprenariat agricole en faveur des femmes et des jeunes, à travers l’élaboration d’un mécanisme de financement des projets.

Éducation financière : 4.500 agriculteurs ciblés

Dans le cadre de la mise en œuvre des mesures d’accompagnement de l’opération de melkisation, l’Agence MCA-Morocco et le groupe Crédit agricole du Maroc (Groupe CAM) ont lancé, récemment, un programme de formation sur l’éducation financière au profit des agriculteurs et agricultrices des terres collectives situées dans les périmètres d’irrigation du Gharb et du Haouz et concernées par l’opération de melkisation. À ce titre, une première session a été organisée, au niveau du cercle de Kceibya relevant de la province de Sidi Slimane. Les sessions de formation ont ciblé quelque 4.500 participants. Elles visent, selon l’Agence MCA-Morocco, particulièrement la présentation de la banque et la vulgarisation de son rôle et de ses services, l’initiation des bénéficiaires aux méthodes de définition de leurs objectifs, de priorisation de leurs besoins et de chiffrage des dépenses et recettes et leur sensibilisation sur l’importance de l’épargne et de l’utilisation et de la gestion raisonnées des crédits d’investissement et de fonctionnement.

Jihane Gattioui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page