Maroc

Sefrou : les travaux du PIAC avancés à plus de 50%

Les travaux du parc industriel Ain Cheggag (PIAC) sont avancés à plus de 50% et les opérateurs économiques de la région ne cachent pas leur engouement pour cette zone. Ce projet, qui a nécessité une enveloppe de 303 MDH, sera réalisé sur une superficie de 81 hectares. Le prix de cession moyen des lots s’élève à 250 dirhams/m² pour la partie dédiée au cuir et de 350 dirhams/m² pour la zone dite généraliste.  

Le Centre régional d’investissement (CRI) de Fès-Meknès a entamé, cette semaine, des rencontres de communication autour du projet du Parc industriel de Ain Cheggag (PIAC) en faveur des opérateurs économiques de la région. Actuellement, les travaux du PIAC sont à plus de 50%. Le projet propose 239 lots répartis sur une superficie totale de 81 ha, dont 50 ha dédiés au cuir (incluant, notamment, une unité de mégisserie, de maroquinerie et de fabrication de chaussures, une zone logistique, des activités de supports et de services, des showrooms, ainsi qu’une zone généraliste de 31 ha pouvant accueillir des activités chimiques, textiles, agroalimentaires, mécaniques et métallurgiques.

Une station d’épuration des eaux usées spécialisées est, également, prévue par l’ONEE pour faire en sorte que la partie environnementale soit prise en charge, sachant que l’activité de la tannerie est très polluante. D’ailleurs, les industriels du cuir, qui vont intégrer le PIAC, ambitionnent d’être agréées par  «Leather Working Group», l’organisation responsable de la principale certification environnementale au monde pour l’industrie de la fabrication du cuir.

Pour rappel, le lancement de ce projet phare, dont la signature de la convention de mise en valeur a eu lieu le 14 octobre 2020, a pour objectifs de promouvoir l’industrialisation et la relance socio-économique dans la région, de mettre à la disposition des investisseurs des plateformes d’accueil à des conditions de qualité et de prix compétitifs, d’améliorer le niveau de vie de la population en créant des activités génératrices d’emplois, et enfin d’accélérer le développement des industries du cuir.

Premier écosystème du cuir au Maroc

Dotée d’une production évaluée à plus de 3 MMDH, l’industrie du cuir au Maroc emploie près de 21.000 salariés formels et près de 10.000 informels. Elle est concentrée, essentiellement, dans la Région Fès-Meknès, où la filière représente 40% de l’artisanat de la ville spirituelle et emploie environ 15.000 personnes.

Néanmoins, les responsables du projet indiquent que le PIAC est dédié principalement aux activités industrielles et ne concernera pas les activités artisanales de cuir. Ces dernières feront l’objet d’un autre projet, s’inscrivant dans le cadre des zones d’activités artisanales.

La mobilisation des lots peut être réalisée en mode locatif ou en cession, à des prix variant de 250 DH/m2 (pour les activités de tannerie, de chaussures et de maroquinerie) à 350 DH/m2 (pour la zone généraliste). Selon le planning prévisionnel du projet, les travaux d’aménagement du Parc, réalisés par Al Omrane, seront achevés fin décembre 2022.

La gestion, quant à elle, sera assurée par la Chambre régionale de commerce, d’industrie et de services (CCIS) et sa gouvernance sera confiée à un comité central, présidé par le ministère de l’Industrie et du commerce, et un Comité régional relevant de la willaya. La Commission régionale unifiée d’Investissement (CRUI) assurera l’attribution des lots et le suivi de la valorisation du projet.

Financement du PIAC
Pour concrétiser ce projet, une convention portant sur la mise en œuvre du parc a été signée par le ministre de l’Industrie, le président du Conseil régional, le wali de Fès-Meknès, le gouverneur de la province de Sefrou, le président de la Chambre de commerce et d’industrie, le président de la commune d’Ain Cheggag, le président de la Fédération marocaine des industries du cuir et le directeur d’Al Omrane.

Cette convention fixe les modalités de financement et d’aménagement, la promotion, la gouvernance et la gestion du projet dont le coût global prévisionnel de réalisation est estimé à 303 millions de dirhams (MDH). Ce montant est subventionné à hauteur de 145,26 MDH, répartis entre les ministère de l’Industrie (100 MDH), de l’environnement (20 MDH) et le Conseil régional de Fès-Meknès (25,26 MDH).

Actuellement, une centaine d’opérateurs économiques ont manifesté leur intérêt pour ce projet. Ces derniers, encouragés par le cadre incitatif mis en place dans les écosystèmes industriels du cuir, entre autres, ont demandé à bénéficier de lots de grandes superficies (plus de 17 ha).

La première rencontre d’information en faveur des acteurs socio-économiques de la région, organisée lundi 11 avril, a connu la participation du wali, du gouverneur de la province de Sefrou, du président de la commune d’Ain Cheggag, des présidents de la Chambre d’artisanat et de la Chambre de Commerce, d’industrie et des Services (CCIS), ainsi que de nombreux acteurs socio-économiques.

Notons qu’un appel à projets a été lancé le 22/03/2022, détaillant les conditions ainsi que les modalités de retrait du dossier et de dépôt de candidature.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page