Maroc

Rachat d’Atento Maroc par Intelcia : Les salariés inquiets

L’opération de rachat d’Atento Maroc par le groupe Intelcia fait peur aux salariés. Le sit-in prévu le 9 août est maintenu car c’est toujours le silence radio chez le management d’Atento. De son côté, la direction d’Intelcia multiplie les messages afin de rassurer ses futurs nouveaux employés.


Rien ne va plus entre Atento Maroc et ses salariés. Depuis l’annonce de l’opération de rachat des filiales marocaines et françaises du groupe espagnol (basé au Luxembourg) par Intelcia, leader marocain du secteur de la relation client et des métiers d’outsourcing, une crise sociale a éclaté, faisant opposer collaborateurs et management sur la question des acquis sociaux des ex-salariés d’Atento qui, avancent-ils, risqueraient de perdre dès que leur absorption par l’acheteur sera effective.

Leur colère n’est certes pas dirigée contre Intelcia, ni vers son modèle social et sa gestion RH qui font la fierté de son PDG, Karim Bernoussi, mais plutôt vers le centre de décision d’Atento Maroc et son «incapacité à entendre raison et accepter le fait qu’il existe des collaborateurs dont la situation sociale et nettement supérieure à celle des opérateurs d’Intelcia, et qui risquent de se retrouver, du jour au lendemain, comme de nouvelles recrues», confie un syndiqué.

Cela a, d’ailleurs, été le principaux sujet de la réunion organisée vendredi 5 août entre les salariés mécontents, représentés par le bureau syndical relevant de l’Union marocaine du travail (UMT), et leur hiérarchie. L’objectif était d’arriver à un accord qui, d’une part, serait en accord avec les projections stratégiques et financières d’Atento, d’autre part, préserverait les acquis sociaux de ces collaborateurs après absorption des deux sites de Casablanca et de Meknès. Il n’en fut rien. Aucun accord n’a été conclu, et Atento Maroc refuserait même l’idée de reconsidérer la formule de la cession au vue de la situation incertaine des quelque 1.000 salariés concernés par l’opération. Pour sa part, Intelcia, qui rachète une société positionnée sur des marchés porteurs, dotée d’un accès privilégié au marché des compétences pour satisfaire ses besoins en RH, accueillera ainsi les ex-collaborateurs d’Atento, à qui elle fera bénéficier de l’ensemble des avantages sociaux en vigueur dans ses plateformes.

Pour autant, et même si l’on puisse imaginer que des éléments tels que l’ancienneté des salariés nouvellement recrutés, ainsi que leurs qualifications respectives, soient pris en considération au moment de l’attribution de missions, il n’en demeure pas moins que, comme le soutiennent les représentant syndicaux, les écarts entre les deux modèles sont si vastes que, peu importe les efforts qu’Intelcia pourrait éventuellement faire pour aider à désamorcer la situation (même au détriment de ses propres collaborateurs), il subsistera toujours un clivage significatif. Clivage que le management d’Atento Maroc préfère ignorer. Affaire à suivre.


 

Karim Bernoussi
PDG d’Intelcia

Les Inspirations ECO : L’absorption d’Atento   est-elle   une bonne affaire pour vous ?  
Karim Bernoussi : Je précise que l’acquisition concerne Atento Maroc et porte sur les opérations pour les marchés français et marocain. Concrètement, nous intégrons les  sites de Casablanca et de Meknès avec leur 1.000 collaborateurs qui assurent un service pour des clients en France et au Maroc.  Cette opération  nous permet d’intégrer au sein d’Intelcia des équipes de qualité et qui ont une expérience importante dans notre domaine ; de renforcer nos infrastructures, avec l’addition de 2 sites à Casablanca et Meknès à nos 14 sites actuels ; d’accéder à un nouveau bassin d’emploi à travers le site de Meknès et enfin d’avoir des clients dans de nouveaux secteurs.

Le montant de la cession a-t-il été arrêté ?
Comme conjointement communiqué avec Atento, les détails liés à la transaction restent confidentiels entre les deux parties.

Les ex-salariés d’Atento vont-ils intégrer Intelcia dans leur intégralité ?
Les 1000 collaborateurs actuels d’Atento Maroc rejoignent en effet les équipes Intelcia. L’objectif est qu’ils soient pleinement intégrés dans le groupe et bénéficient, au même titre, de toute notre approche sociale qui repose sur un management de proximité, un attachement à des valeurs fortes dont la transparence et l’engagement envers nos collaborateurs, l’investissement dans la vie d’entreprise et sur les opportunités d’évolution que nous offrons à nos collaborateurs grâce à notre politique de mobilité et de promotion interne et nos perspectives de croissance pour les prochaines années. L’ensemble des équipes Intelcia et Atento Maroc actuellement travailleront dès à présent ensemble pour réaliser une intégration réussie sur les prochains mois.

Les difficultés sociales que vivent les ex-salariés d’Atento ne sont-elles pas problématiques pour votre groupe ?
Toute entité peut connaître des difficultés. Pour notre part, nous avons toujours privilégié la transparence et le partenariat dans notre relation avec nos collaborateurs et les partenaires sociaux. Nos intérêts sont communs. Lorsque l’entreprise se porte bien, tout le monde gagne. Si l’entreprise est dans une phase difficile, c’est ensemble que nous devons y faire face pour préserver la continuité des opérations, garder les clients et donc préserver les emplois. C’est dans ce même esprit que nous avons réalisé les intégrations précédentes d’entreprises acquises et nous continuerons dans ce sens.

Prévoyez-vous de vous élargir davantage au cours du prochain exercice ?
A très court terme, nous prévoyons de finir l’année 2016 à plus de 7000 collaborateurs contre 3800 en 2015), 16 sites opérationnels sur 4 pays (vs 2 pays en 2015 et 10 sites) et un chiffre d’affaires de 1,1 milliard de DH contre 760 millions en 2015. En termes de développement, nous étudions effectivement l’opportunité d’ouvrir de nouveaux sites en Afrique de l’ouest. À moyen terme, nous évaluons des opportunités d’implantations dans de nouveaux territoires ou de rapprochements qui nous donneraient accès à de nouvelles langues et métiers. Nous assurons aujourd’hui des opérations en anglais, en espagnol et en néerlandais. Notre ambition est de diversifier ces capacités linguistiques et de les développer à plus grande échelle.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page