Maroc

Rabat. Industrie : une dynamique à renforcer

Les projets de création et de réhabilitation des zones industrielles se poursuivent, en dépit des aléas de la crise sanitaire. Le parc Ain Johra sort de sa léthargie alors que la Zone d’accélération industrielle de Kénitra a permis d’ériger la Région de Rabat-Salé-Kénitra en pôle industriel compétitif. De grands efforts restent encore à déployer.

Agro-industrie, industrie automobile, textile et habillement, digital et offshoring à haute valeur ajoutée… Autant de secteurs industriels porteurs dans la Région de Rabat-Salé-Kénitra qui dispose d’une offre importante en espaces d’accueil. Il s’agit de 22 zones industrielles dont trois zones d’accélération industrielles : Bouknadel, Technopolis et Atlantic Free Zone. Le secteur industriel régional a connu, au cours des dernières années, un développement remarquable, notamment au niveau de l’industrie automobile avec l’arrivée du constructeur automobile PSA à Kénitra, l’industrie chimique et para-chimique et l’industrie agroalimentaire. En dépit de la pandémie du Covid-19, les divers projets programmés ont poursuivi leur rythme de réalisation afin de permettre à la région d’améliorer sa compétitivité.

Il s’agit, notamment, du parc Ain Johra qui est, enfin, sorti de sa léthargie, après un retard considérable. Situé à 40 km de Rabat sur la commune d’Aïn Johra – Sidi Boukhalkhal, le Parc industriel Aïn Johra (PIAJ) s’étend sur une superficie globale de 200 hectares dont 30 ha sont déjà équipés et commercialisés. Les extensions de cette zone industrielle sont en cours de lancement. Entre 2016 et 2021, le parc a connu un dynamisme remarquable. Ainsi, le nombre d’investisseurs a augmenté, passant de 15 à 50 bénéficiaires. Quant au nombre d’unités opérationnelles, il est passé de deux à six unités et le nombre de projets ayant reçu le feu vert, ou en cours de construction, est de 21 tandis que d’autres projets sont en cours d’étude.

La deuxième tranche du projet est déjà équipée sur une superficie de 10 hectares alors que la troisième tranche, étalée sur une superficie de 30 hectares, est à un stade avancé en travaux d’aménagement. Le parc est soutenu par l’agence Millennium Challenge Account-Maroc et le Fonds régional de l’industrie durable ainsi que le Fonds Hassan II pour le développement économique et social ; ce qui est à même de contribuer à l’amélioration de la compétitivité de cette zone industrielle. L’ouverture d’une section de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) est en vue ainsi que l’examen de la possibilité d’affecter un lot de terrain pour la création d’un établissement de formation professionnelle, en coordination avec les partenaires concernés, en vue de fournir un climat propice aux investissements et de soutenir l’essor industriel de la région.

La Zone d’accélération industrielle
La Zone d’accélération industrielle (ZAI) de Kénitra a permis d’ériger la région de Rabat-Salé-Kénitra en pôle industriel compétitif et attractif pour de nombreux investisseurs de renommée mondiale. En raison de sa saturation, il a été décidé d’étendre cette zone à travers la mobilisation du foncier et la réalisation des études nécessaires pour l’aménagement, le développement, la promotion, la commercialisation et la gestion de la nouvelle zone. Cette extension devra renforcer la capacité d’accueil de la zone pour atteindre le taux de 94%. Selon les dernières statistiques, la ZAI compte une quarantaine de sociétés représentant un investissement global de plus de 20 milliards de dirhams ayant permis de créer quelque 36.400 emplois. Parmi les grandes usines figurent PSA Kénitra dont les exportations, après son entrée en activité en octobre 2019, ont atteint 53.000 voitures en 2020. À terme, la production de l’usine sera portée à 200.000 véhicules/an avec un taux d’intégration de 80%, contre 60% actuellement, grâce à l’installation de 62 fournisseurs, dont 27 implantés pour la première fois au Maroc.

Des projets de réhabilitation
Plusieurs zones industrielles de la région sont en cours de réhabilitation, en partenariat entre les différents acteurs régionaux. Ainsi, à titre d’exemple, jusque-là, le Conseil de la Région de Rabat-Salé-Kénitra a participé au financement et au soutien de la création et de la mise à niveau de neuf zones industrielles de la région. Dans ce cadre, les travaux de la zone industrielle du quartier Rahma, à Salé, qui ont nécessité un financement de 14 millions de dirhams, sont achevés alors que le processus de réhabilitation est en cours dans les sept autres zones industrielles à Sidi-Kacem, Kénitra, Ain Atiq, Témara, Skhirat, Aïn Aouda et Bouknadel. Le besoin se fait sentir de mettre en place une gestion coordonnée de la mise sur le marché des zones industrielles et d’une hiérarchisation des vocations (positionnement par filière et vocation nationale et internationale / régionale / locale). Aussi est-il nécessaire de mettre en cohérence l’offre, en termes de vocation, et de coordonner la mise sur le marché du foncier industriel.

Soutenir l’industrie régionale

La Région de Rabat-Salé-Kénitra est la troisième région industrielle marocaine. Cependant, elle ne rivalise pas avec la puissance de l’industrie casablancaise et représente seulement 8% de la valeur ajoutée industrielle nationale, selon le diagnostic établi pour l’élaboration du plan de développement régional. L’activité industrielle est fortement polarisée le long de l’axe littoral Skhirat-Kénitra, avec des bassins industriels qui tendent à se spécialiser : textile, pharmaceutique, IEE-automobile. La Région se positionne sur des filières industrielles à forte concurrence : l’automobile et le textile. Trois sites majeurs sont actuellement d’intérêt régional : l’Atlantic Free Zone, dont le chiffre d’affaires à l’export a atteint 14,5 MMDH en 2020, ainsi que le fameux Technopolis (activités de nearshoring exportatrices business process outsourcing, information technology outsourcing, knowledge process outsourcing) qui a été créée en 2016 sur une superficie de 61 hectares. Le Parc Aïn Johra est le troisième site d’intérêt régional.

Jihane Gattioui / Les Inspirations ÉCO Docs

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page