Maroc

Pélerinage 2022 : Hajj qui peut !

De 55.000 DH en 2019 à 63.800 DH en 2022, les frais pour le pèlerinage à la Mecque sont en forte hausse cette année. De quoi altérer la ferveur de certains musulmans.

Ne sera pas pèlerin en Arabie Saoudite qui voudra. Après un long suspense, les autorités saoudiennes ont dévoilé lundi le prix du package pour le Haj au titre de la saison 1443 de l’Hégire. Fixés à 63.800 DH, argent de poche non inclus. Les frais sont ainsi en nette hausse comparés à ceux des années précédentes.


En 2019, il fallait payer seulement 55.000 DH pour se rendre à la Mecque. Si l’on prend en compte le fait que les prix pratiqués au niveau des agences de voyages peuvent grimper jusqu’à frôler les 70.000 DH, faire le Haj va finalement nécessiter une jolie petite somme. C’est une hausse de près de 30%. Une hausse dont on ignore encore les vraies raisons.

Mohamed Semlali, président de la Fédération nationale des associations régionales des agences de voyages du Maroc, lui, a sa petite idée. Selon ce dernier, cette hausse serait imputable à une amélioration de la qualité du service, à savoir le logement, la nourriture, entre autres prestations.

Ce n’est pas tout, puisque la TVA en Arabie Saoudite a aussi connu une augmentation de 5 à 15%, sans oublier qu’avec la flambée des prix du kérosène et la forte reprise du trafic aérien post-Covid-19, les compagnies aériennes ont augmenté le prix des billets d’avion.

La hausse serait de 10 % sur un an. Or, le pays, qui vient de sortir la tête de l’eau après une sévère crise sanitaire, a considérablement réduit ses quotas pour le pèlerinage à la Mecque.

Pour cette présente édition, seulement 45% du nombre de voyageurs habituels sont autorisés à se rendre à la Mecque. Au Maroc, ils seront 15.000 pèlerins en 2022 contre plus de 32.000 pour le précédent Hajj. En augmentant les prix du package pour le voyage, l’Arabie Saoudite chercherait à combler un énorme manque à gagner. Seulement voilà, avec les tarifs communiqués cette année, il faut s’attendre à de nombreux désistements.

«Nous avons enregistré de nombreuses annulations qui ne sont pas forcément liées à la hausse des tarifs cette année.», souligne Mohamed Semlali rappelant que le Hajj sera limité aux pèlerins vaccinés âgés de moins de 65 ans.

Or, dit-il, cette proportion de la population représente une frange importante des candidats au pèlerinage à la Mecque alors que le pouvoir d’achat des Marocains a été durement impacté par la crise économique induite par la pandémie. Nombreux sont ceux qui ont déjà cassé leur tirelire pour d’autres besoins. Une autre menace pèse sur le Hajj cette année. «Nous n’avons qu’un mois pour nous préparer», regrette notre interlocuteur.

Pour les personnes remplissant les conditions requises, elles doivent régler en un seul versement les frais auprès de l’une des agences d’Al Barid-Bank du lundi 30 mai au vendredi 3 juin. Le délai et le lieu du versement sont valables aussi bien pour les pèlerins encadrés par le ministère que pour ceux dépendant des agences de voyages.

Toute personne se présentant pour régler les frais auprès des agences d’Al Barid-Bank doit être munie de la carte d’identité nationale et du certificat de vaccination anti-Covid, à savoir une seule dose pour le vaccin Johnson & Johnson ou deux doses pour l’un des autres vaccins.

Le Hajj, qui consiste en une série de rites religieux accomplis pendant cinq jours dans la ville la plus sacrée de l’islam, La Mecque, s’annonce très difficile cette année. C’est peut-être ce qui plaît aux pèlerins dont l’effort mériterait bien le pardon divin.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page