Maroc

Olives : une production record attendue cette année

Selon les données provisoires du Conseil oléicole international, le Maroc devrait atteindre un niveau record de récolte d’olives qui permettrait de produire 200.000 tonnes d’huile d’olive. Les régions de Fès-Meknès et de Marrakech-Safi s’accapareraient plus de la moitié de la superficie plantée et de la production réalisée, en hausse de 21% par rapport à la campagne précédente. Les détails. 

Les producteurs marocains d’olives s’attendent à une récolte record de 200.000 tonnes d’huile d’olive au cours de la présente campagne agricole 2021/22. C’est du moins ce qui ressort des données provisoires du Conseil oléicole international (COI). Selon le COI, un tel résultat dépasserait largement les 160.000 tonnes de la campagne 2020/21 et les 145.000 tonnes de celle de 2019/2020.

Réagissant à cette nouvelle, la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’olive (Interprolive) affirme que «la production d’huile d’olive devrait connaître une croissance de 21% par rapport à la campagne précédente selon oliveoiltimes, notamment en raison de l’expansion constante de l’oléiculture dans le Royaume».

En effet, Interprolive confirme que la superficie dédiée à la plantation d’oliviers est en accroissement régulier au Maroc. De près de 800.000 hectares en 2010, cette surface a atteint actuellement, à l’occasion de la présente campagne agricole 2020-2021, près de 1,2 million d’hectares.

Les superficies dédiées aux oliveraies en constante hausse
À signaler que cet élan va se poursuivre avec la stratégie «Génération Green 2020-2030» qui prévoit la plantation de centaines de milliers d’hectares d’oliviers dans les quatre coins du pays. Dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima, par exemple, la Direction régionale de l’agriculture (DRA) a annoncé que la plantation de 30.000 hectares supplémentaires en oliviers est programmée dans le cadre de la stratégie «Génération Green 2020-2030».

Il est ainsi prévu que la superficie plantée en oliviers au niveau de la région s’élève à 200.000 ha à l’horizon 2030, a précisé la direction régionale dans un communiqué, rappelant que la superficie oléicole actuelle atteint 170.000 ha, dont 61.000 plantés dans le cadre du Plan Maroc Vert 2009-2019. Il est à noter que 99% de la superficie plantée en olivier dans la région se trouve dans les zones d’agriculture pluviale (zones bour), les variétés «Picholine marocaine», «Haouzia» et «Menara» étant les plus répandues.

Ceci étant, cette année, ce sont les régions de Fès-Meknès et de Marrakech-Safi qui accaparent plus de la moitié de la superficie plantée et de la production réalisée. Près de 37,5% de la superficie totale est conduite en irrigué, qui participe à une grande partie de la production. D’ailleurs, depuis l’introduction de l’irrigation dans cette culture, l’olivier est de plus en plus cultivé dans un système intensif et la zone irriguée dédiée à ce type de culture gagne progressivement du terrain, avec une superficie de 50.000 hectares, actuellement.

Le Maroc rejoint la cour des grands
En tout cas, les données du COI montrent que la production marocaine d’olives a connu une hausse régulière au cours des deux dernières décennies. Elle est passée d’une moyenne de 75.000 tonnes entre 2001 et 2010 à 133.000 tonnes la décennie suivante. Au cours des quatre dernières campagnes agricoles, le Maroc a produit en moyenne 176.000 tonnes par an. Avec la production record de cette année, le Royaume intègre le cercle fermé des grands producteurs d’olive. Il rejoint ainsi la Turquie et la Tunisie, qui ont produit, respectivement, 227.500 tonnes et 240.000 tonnes, selon des données collectées par le COI.

Sefrou : La moitié des cultures d’automne sauvée par les pluies

Dans un état de jaunissement ou de perte, les cultures d’automne au niveau de la province de Sefrou sont désormais sauvées à hauteur de 50%, a indiqué la Direction provinciale de l’agriculture (DAP) de Sefrou. Ces dernières pluies ont eu un impact très positif sur la croissance du couvert végétal dans les pâturages, ce qui fournira d’importantes unités fourragères pour le bétail et réduira la charge d’achat des aliments du bétail chez les éleveurs.

La superficie cultivée en cultures d’automne, au niveau de la province de Sefrou, s’élève, selon la DPA, à 64.650 hectares, «dont 45.500 hectares de céréales en phase de remplissage des épis, avec 88% de la superficie de ces céréales dans un état favorable à bon».

Sinon, plus généralement, le secteur agricole local parie, surtout après les récentes pluies, sur le programme des cultures de printemps qui concernent les pois chiches, les oignons, les pommes de terre et les carottes, sur une superficie d’environ 3.000 hectares, souligne la même source, faisant état de la réalisation de 25% de ce programme. La pluviométrie moyenne dans la province de Sefrou a atteint, au 7 avril, 325 mm, le mois de mars ayant enregistré, à lui seul, près de 200 mm, a noté la DPA.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page