Maroc

Maroc : La taxe intérieure sur les pneumatiques refait surface

La taxe intérieure de consommation sur les pneumatiques refait surface dans le PLF 2021. En y ajoutant le maintien des droits d’importation sur les pneumatiques des véhicules de tourisme, de motocycles et bicyclettes à 40%, les propriétaires de véhicules de tourisme seront doublements ponctionnés au motif d’améliorer la sécurité routière.

Le Projet de Loi de finances 2021 réinstaure la taxe intérieure de consommation (TIC) sur les pneumatiques montés sur jante. Evidemment, cette nouvelle taxe sera directement prélevée du portemonnaie des usagers, voyageurs et ménages. «Le surcoût peu aller jusqu’à 200 à 300 DH, à raison de 3 dirhams par kilogramme. Lorsqu’il est gonflé, le pneu de tourisme peut facilement peser 60 à 70 kg», explique Armand Soussana, gérant d’Inter Pneu, l’un des gros négociants de pneumatiques sur le marché marocain et distributeur de la marque Michelin.


La TIC vient s’ajouter à un droit d’importation relevé à 40% depuis fin juillet (Loi de Finance rectificative), appliqué aux importations de pneumatiques des véhicules de tourisme, de motocycles et bicyclettes, à l’exception de celles venant de l’UE. À l’inverse, les pneumatiques d’autobus, camions, tracteurs routiers, véhicules et engins agricoles, engins de génie civil vont connaître une réduction des droits d’importation applicables de 40% à 17,5%.

Selon le gouvernement, la mesure vise à soutenir le secteur des transports routiers, de la manutention industrielle et à améliorer la sécurité routière. Dans un contexte inédit de crise sanitaire, l’État n’a pas d’alternative que de demander des efforts supplémentaires aux contribuables. Au-delà de l’enjeu de mobiliser davantage de ressources pour financer le budget, pourquoi réinstaurer la TIC, en plus de maintenir la barrière douanière à 40%, pour les pneus de véhicules de tourisme ? Cette décision ne cache-t-elle pas également l’ouverture prochaine d’une unité de production de pneumatiques au Maroc ?

Contacté par la rédaction, Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique répond : «Nous travaillons sur plusieurs pistes d’installation d’industriels du pneu». Bien qu’étant un petit marché, la filière de la pneumatique regorge de potentialités et attire les grands opérateurs, qui distribuent localement leurs produits directement où à travers des importateurs/distributeurs locaux : Goodyear, Michelin, Continental, Bridgestone Yokohama, Toyo Tires, Dunlop… Pratiquement toutes les marques sont représentées. Selon une étude du cabinet GfK, chaque année, la filière écoule plus de 3,5 millions d’unités. Plus de 130 références existantes sur le marché sont ventilées entre premium, moyen et entrée de gamme. Le chiffre d’affaires réalisé est divisé à parts égales entre les produits premium et les pneus chinois (medium et low-cost). Reste que c’est le facteur prix qui prime, le consommateur étant toujours à la recherche de la «bonne affaire». Le marché marocain reste dominé par les petits magasins, avec un faible chiffre d’affaires (40%), qui vendent en moyenne 3 à 4 pneus neufs par mois.

Pour la petite histoire…

La TIC sur les pneumatiques a existé par le passé. Elle visait à protéger la production de Continental (General Tire Maroc) et Goodyear, deux géants mondiaux qui produisaient des pneus Made in Morocco. Mais après avoir baissé le rideau, la taxe a été supprimée. Contrebande, pneu d’occasion, surenchère syndicale sont autant de facteurs à l’origine de ces fermetures. Pour le cas de GTM, les grèves intempestives des ouvriers ont fini par mettre à genoux l’entreprise. Financièrement insolvable, le producteur de Continental a été contraint d’ouvrir une procédure de redressement judiciaire, le 17 juillet 2001. Quatorze mois plus tard, le jugement de liquidation est tombé.

Modeste Kouame / Les Inspirations Éco


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page