Maroc

Les Ksour et les Kasbahs amorcent leur renaissance

La renaissance de milliers de Ksour et Kasbahs encore sur pied prend forme au Maroc. Selon le le ministère de l’Habitat, 4.000 Ksour et Kasbahs ont été recensés, dont près des trois quarts abandonnés par les populations ou sont dans un état de dégradation avancée. Le reste de ces sites, soit environ 250.000 logements subissent la dégradation de leur cadre bâti et de l’espace et manquent d’infrastructures et d’équipements de base. On y note une précarisation très forte de sa population.

Les Ksour et les Kasbahs luttent contre les effets du temps et de la dégradation. Habitats traditionnels et millénaires ces bâtisses en terre et en pierres font partie de l’identité culturelle des régions présaharienne du Maroc. Construits en matériaux locaux selon des règles architecturales qui reflètent le savoir-faire ancestral des artisans locaux, les 4.000 Ksour et 800 Kasbahs des Oasis du Maroc ont depuis toujours été un symbole de l’originalité de l’architecture marocaine et de son évolution à travers les siècles.


Malheureusement, la situation de l’habitat en terre en général est devenue préoccupante sous l’effet conjugué de plusieurs facteurs. À commencer par l’urbanisation moderne et agressive, qui contribue à leur délaissement et délabrement. Selon les chiffres disponibles, près des trois quarts de ces habitats sont dans une situation de dégradation avancée et laissés à l’abandon. Aujourd’hui, ce patrimoine inestimable va connaître une nouvelle vie à travers le programme baptisé : «Valorisation durable des Ksour et Kasbahs du Maroc».

Le programme s’inscrit également dans le cadre des engagements pris par le Maroc en matière de réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030. Pour que ce programme de valorisation ait un caractère durable, celui-ci intègre une nouvelle approche alliant réhabilitation du bâti, renforcement des capacités et amélioration des conditions socio-économiques des populations.

En ce qui est des enjeux, figurent la préservation du patrimoine matériel et immatériel du Royaume et la lutte contre toutes les formes de pauvreté et de vulnérabilité. Ces actions sont donc primordiales et essentielles afin d’offrir aux habitants un cadre de vie sain et de lancer la renaissance de ces Ksour et Kasbahs.

Un programme modèle

Le programme de valorisation durable des Ksour et Kasbahs se présente également comme un modèle d’engagement conjoint du gouvernement avec le système des Nations unies au Maroc. Déjà 134 MDH ont déjà été mobilisés par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville et le PNUD sur la période 2015-2020 pour la valorisation durable de 16 Ksour pilotes dont 9 en milieu rural et 7 en milieu urbain, pour plus de 21.400 bénéficiaires.

Des perspectives, mais surtout des problèmes à traiter

Ces réhabilitations offrent à ces sites de nouvelles perspectives. Mais avant, il va falloir traiter une panoplie de problèmes liés notamment à leur fragilité et dépendance à l’économie locale et leur faible valeur ajoutée ; leur faible attractivité due à l’absence d’équipements ou encore la vulnérabilité des ménages qui y vivent et leur dépendance aux transferts solidaires. Sur le plan sociodémographique, l’on note un vieillissement de la population dû à un exode massif des jeunes et bien d’autres problématiques dont la clarification des titres de propriété et autres écueils liés au foncier.

Cahier de charges des travaux

Le ciblage des sites pilotes à valoriser a été fait en concertation avec tous les acteurs, y compris la société civile et les élus locaux. À cette date, le programme a mené des travaux de réhabilitation au niveau de 16 sites pilotes, à savoir 13 Ksour dans la Région Drâa-Tafilalet, 2 Ksour dans la Région de l’Oriental, et 1 Ksar dans la Région Souss-Massa.

Les opérations de réhabilitation et de restauration visent en premier lieu les logements occupés et ceux présentant des dangers pour les habitants et les passagers. Ils consistent en la réfection et le traitement des murs, des planchers, des façades, des passages couverts, d’un revêtement des ruelles et des placettes et le renouvellement et la réfection des enduits et des menuiseries.

Ces travaux concernent également des équipements publics tels que des mosquées, des mausolées et des synagogues, ainsi que des murailles et des tours. Le programme a aussi investi dans l’assainissement et le drainage des eaux pluviales.

Au-delà des travaux de restaurations et des réhabilitations, le principe fondateur de ce programme est de favoriser un mode de développement durable. Pour un impact socio-économique positif sur la population, les actions des différentes parties prenantes visent à remédier aux problèmes interdépendants de la pauvreté, de l’inégalité et de l’exclusion. Ainsi, 28 projets d’activités génératrices de revenus et de renforcement de capacités d’un montant global de 6,28 MDH ont été réalisés.

Afin d’assurer la durabilité des actions entreprises et in fine leur généralisation, le ministère de l’habitat a lancé l’élaboration d’une stratégie intégrée de valorisation durable des Ksour et Kasbahs à l’horizon 2026, avec à la clé la même approche participative et de concertation alliant réhabilitation du patrimoine et amélioration de la qualité de vie de la population. Telle est l’ossature de cette vision stratégique intégrée d’intervention pour la renaissance des milliers de Ksour et Kasbahs encore sur pied.

État des lieux et diagnostic stratégique

Au moment de l’étude, 4.000 Ksour et Kasbahs ont été recensés, dont près de trois quarts abandonnés par les populations ou sont dans un état de dégradation avancée.

Le reste de ces sites, soit environ 250.000 logements subissent la dégradation de leur cadre bâti et de l’espace et manquent d’infrastructures et d’équipements de base. On y note la précarisation très forte de sa population.

Différence entre Ksour et Kasbahs

Les Ksour sont habités par des populations pauvres. À l’intérieur d’un Ksar, il peut y avoir des dizaines de logements. Par contre, une Kasbahs est généralement le logement d’un notable ou d’une famille aisée. L’essentiel de Ksour et Kasbahs se trouve dans la province d’Errachidia, qui en compte 164, suivi de Zagora avec 123. En termes de dégradation, les Ksour sont les plus atteints.

Pratiquement 90% de ces sites se situent en milieu rural. À peine 10% sont dans des périmètres urbains.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page