Maroc

Les coopératives féminines du Moyen Atlas à Al Akhawayn

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’initiative Empowering Women in the Atlas avait déjà fait connaître ses objectifs. Aujourd’hui, la date fatidique du 9 janvier approche pour elle. Cette date marquera le démarrage de ses formations  en faveur de 100 femmes rurales et de 10 coopératives du Moyen Atlas à l’Université Al Akhawayn.


La date fatidique approche pour l’Association des femmes pour le développement rural. C’est en effet ce 9 janvier, et jusqu’au 15 du même mois, que cette association démarrera  sa série de formations pour le renforcement des capacités de 100 femmes rurales bénéficiaires, en provenance de 10 coopératives du Moyen Atlas. La formation sera dispensée au Centre d’Al Akhawayn pour la Formation continue et le développement régional (EERDC), en partenariat avec l’Initiative américaine de partenariat avec le Moyen-Orient et l’EERDC. « L’objectif des formations est d’investir dans les futures femmes rurales leaders et entrepreneures afin de les sensibiliser et de renforcer leurs capacités pour lancer leurs projets écologiques et générateurs de revenus dans la région du Moyen Atlas», précise Lamia Bazir, fondatrice de l’initiative et directrice de l’Association des femmes pour le développement rural.

Les sessions de formation réuniront plus de 100 femmes bénéficiaires, en provenance de régions marginalisées du Moyen Atlas, telles que : Imouzzer Kander, Adghagh Ain Marsa, Ifrane, Azrou et El Hajeb qui participeront à un projet d’une année pour le leadership et l’entrepreneuriat durable, connu sous le nom de l’initiative «Empowering Women in the Atlas». Les bénéficiaires du projet ont été sélectionnées sur la base de leur connaissance des activités productives locales et/ou environnementales de la région, de la qualité et diversité de leurs produits, ainsi que de la faisabilité de leurs projets écologiques générateurs des revenus. Les formations de l’initiative seront délivrées en dialecte arabe marocain (darija) et animées par des formateurs qualifiés et expérimentés dans le travail avec les femmes rurales et les coopératives féminines dans la région du Moyen Atlas. Des traducteurs experts faciliteront également les séances et ateliers de formation en traduisant des termes clés du darija au tamazight et en effectuant des évaluations de performances à la fin de chaque session, afin de mesurer l’impact direct des formations délivrées sur les futures femmes rurales leaders et entrepreneures.

L’objectif des formations de l’initiative «Empowering Women in the Atlas» est de contribuer à la sensibilisation des bénéficiaires du projet et au renforcement de leurs capacités dans trois domaines principaux : l’entrepreneuriat, la gestion de projet et la protection de l’environnement. Tout d’abord, des ateliers en entrepreneuriat permettront aux femmes de reconnaître leurs activités productives comme des activités génératrices de revenus potentiels et d’être dotées d’un ensemble d’informations et de pratiques afin de mettre en place leurs propres projets et d’identifier de nouvelles idées de projets réalisables.

En parallèle, des ateliers en gestion de projets fourniront aux bénéficiaires des compétences de base en comptabilité, en gestion et en autonomie financière pour leur permettre de gérer leur budget, d’épargner, d’investir ainsi que de générer des revenus. Enfin, des ateliers en protection de l’environnement permettront aux bénéficiaires de reconnaître l’importance et le rôle des ressources naturelles dans leur vie, de comprendre et d’évaluer l’impact de leurs actions sur l’environnement, et de les introduire à d’autres pratiques et activités durables. «Ce projet, basé sur la conviction que tout être humain et chaque citoyen, quels que soient sa situation géographique et ses moyens financiers, a un potentiel à optimiser. À cet effet, «Empowering Women in the Atlas» va, outre les limites de l’isolement et de la pauvreté, investir directement dans ces femmes qui ont un grand potentiel de contribuer activement à la croissance économique et au développement durable de leur pays», continue Lamia Bazir. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page