Maroc

Investissements : comment s’en sort la région de Casablanca ?

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le bilan de l’année 2020 du Centre régional d’investissement de Casablanca-Settat montre que près de 47% du plan stratégique triennal a été réalisé l’an dernier.

Le bilan de l’année post-réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI) a été au centre des débats lors du troisième conseil d’administration du CRI de la région locomotive du pays, tenu la semaine dernière. «Il a été clairement démontré que le CRI de Casablanca-Settat a insufflé, malgré le contexte de crise sanitaire et dans un court laps de temps, un dynamisme et une évolution remarquables durant cette première année post-réforme», a indiqué Saïd Ahmidouch, wali de la région et gouverneur de la préfecture de Casablanca.


Lors de la réunion de l’instance décisionnelle du CRI de Casablanca-Settat, l’accent a été mis sur les mesures destinées à «ancrer son rôle de premier plan de facilitateur de l’acte d’investir auprès des opérateurs économiques, et instaurer une culture de performance, de qualité de service et asseoir les fondations d’une démarche participative et intégrée avec l’ensemble des départements ministériels concernés par la gestion des investissements au niveau de la région», a tenu à préciser Ahmidouch. Les données recueillies à l’issue de cette réunion indiquent que, malgré la crise sanitaire, le plan stratégique triennal a été réalisé à environ 47% en 2020, avec 5 projets finalisés et 15 en cours de réalisation. Plusieurs programmes de réforme ont aussi été lancés, avec «la collecte des premiers fruits des quick wins, notamment en matière d’amélioration et de digitalisation de bout en bout du processus de traitement des dossiers d’investissement et d’octroi des autorisations administratives dans des délais records», selon les responsables du CRI de Casablanca-Settat.

159 dossiers d’investissement approuvés
En dépit de la crise sanitaire, le CRI de Casablanca-Settat a pu valider 159 dossiers d’investissement sur 311 dossiers examinés qui devront générer 24.605 emplois dans les différentes préfectures et provinces de la région. La répartition sectorielle des dossiers instruits favorablement montre une prédominance des secteurs de l’industrie, du tourisme et des services, tandis que plus de 25% des investissements sont prévus dans la province d’El Jadida, 20% à Berrechid et 14% à Casablanca. Le montant prévisionnel des projets a quant à lui dépassé les 45,7 MMDH.

Les résultats obtenus en 2020 découlent des mesures légales qui ont été instaurées, qui marquent «une vraie rupture et un temps fort, une transformation en profondeur de la relation entre les administrations et les opérateurs économiques», indique le CRI de Casablanca-Settat. Il s’agit essentiellement de l’amélioration du traitement des délais de réponse. Les indicateurs de l’année écoulée montrent en effet que le délai de programmation des dossiers est passé à 1 jour et le délai d’instruction à 9 jours, sachant que la loi 47.18 stipule un délai maximal de programmation et d’instruction de 30 jours.

Le CRI de la région qui contribue le plus au PIB national insiste également sur l’accompagnement des TPME. Il s’agit d’un chantier qui est «au cœur de la stratégie du CRI, en s’engageant dans la conception d’une offre d’accompagnement de proximité et sur mesure répondant aux besoins des TPME, au regard de leur poids dans la région et de l’impact de la crise sanitaire sur leur développement». Plusieurs actions ont en effet été lancées en 2020, notamment le programme Qimam, qui demeure «le premier pôle intégré de l’accompagnement, et l’un des projets phares du CRI avec pour ambition de fédérer l’écosystème entrepreneurial régional et de lui proposer une offre complète et adaptée», selon les responsables en charge de l’amélioration du climat des affaires dans la région. Ce programme, d’une durée de 6 mois, permettra d’accélérer la croissance de 100 projets issus de toutes les provinces de la région afin de renforcer leur développement et leur compétitivité sur le marché, ainsi que d’assurer une meilleure compréhension des différents mécanismes de financement existants. «Ce premier produit permettra de consolider le rôle que joue le CRI dans l’écosystème entrepreneurial régional et facilitera la mise en place du pôle et l’animation d’une communauté de TPME à forte valeur ajoutée locale», indique le bilan du CRI de Casablanca-Settat. 

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page