Maroc

Fès. Pas de sabot pour la nouvelle SDL

La commune de Fès vient de sélectionner son partenaire dans le cadre de la création d’une Société de développement local (SDL) pour la gestion du stationnement. Contrairement aux autres villes qui optent pour le sabot, la SDL de Fès va opter pour une technologie de pointe et s’engage à mettre en place un système RFID (Radio fréquence identification) et NFC (Communication en champ proche).


La ville de Fès entame l’ère des SDL. Après celle de l’éclairage public, les responsables de la commune de Fès viennent de désigner leur partenaire pour la gestion des parkings de la ville. Lors du processus de sélection, la commune n’a reçu que trois offres avant la date limite de dépôt des dossiers de candidature, dont seulement deux offres qui ont répondu aux conditions de consultation.«Ce nombre très limité de soumissionnaires est justifié par les moyens financiers et les technologies de pointe qui sont exigés dans le cahier des charges et qui devront être assurés par le futur partenaire», expliquent les responsables de la commune.

C’est ainsi que l’offre du Groupement KLB, constitué des sociétés Kiunsys (Italie), Liberologico (Italie) et Bigazzi (France), a été retenue. Le marché porte sur une durée de 25 ans. Cela dit, il faut noter qu’en prenant compte des expériences des autres villes à l’échelle nationale et internationale, la commune de Fès a décidé de ne pas opter pour les sabots comme «mesure de sanction» pour les automobilistes.

En effet, la SDL va opter pour une technologie de pointe et compte mettre en place un système de RFID (Radio Fréquence Identification) et d’NFC (Communication en champ proche). Ces deux systèmes vont permettre aux automobilistes de charger à l’avance leurs cartes magnétiques de stationnement qui seront consommées de manière instantanée (par secondes) à hauteur de 2DH/heure. L’automobiliste pourra également via son téléphone recharger sa carte ou encore prolonger ou réduire la durée de son stationnement. Selon les clauses du CPS, la société chargée de ce service devra également investir, dans un premier temps, une enveloppe de 74 MDH dans la construction d’un parking de deux étages en sous-sol au niveau de la place de Florence, au centre-ville, avec une capacité de 500 voitures.

La société sera chargée de toutes les études techniques et des documents administratifs nécessaires pour la réalisation de ce projet dans un délai qui ne dépassera pas 10 mois après la date de signature du contrat, outre une période de deux mois pour le lancement effectif des travaux. La commune exige également un montant de 6 MDH, qui sera encaissé annuellement. Cette somme sera révisée chaque année sur la base des augmentations des prix des tickets et des espaces exploités par la société.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page