Maroc

Fès-Meknès : la pluie redonne espoir aux agriculteurs

La pluie et les chutes de neige enregistrées ces derniers jours dans la Région Fès-Meknès ont redonné espoir aux agriculteurs. «Rien n’est perdu. Les chutes de pluie sont très bénéfiques sur plusieurs volets, notamment les cultures céréalières, surtout le blé tendre, et la culture végétale de manière générale», affirment des fellahs.

En effet, les dernières précipitations vont dans un premier temps permettre de soutenir la nappe phréatique et permettre le remplissage des lagunes, notamment Daït Aoua et Ouiouane qui ont enregistré des niveaux minimum ces dernières années et qui représentent une très importante source en eau pour les petits agriculteurs. Pour Fouad Mansouri, agriculteur et vice-président de la Chambre d’agriculture de la Région Fès-Meknès, «la pluie a tendance à améliorer le moral des agriculteurs, chose qui permet de redynamiser le secteur agricole». Précisons que les dernières précipitations amélioreront également le rendement d’huile d’olive. En attendant les prochaines, plusieurs agriculteurs (près de 50%) ont choisi de retarder l’arrachage des olives, ce qui permettra au fruit de gagner en qualité et en quantité.


La région a également enregistré une importante vague de froid avec des températures atteignant -5° dans les provinces d’Ifrane, Imouzzer et Bouiblane, ce qui est très bénéfique pour les rosacées, surtout le pommier.

Parallèlement à ces conditions favorables, la Chambre d’agriculture de la Région Fès-Meknès a mis en place plusieurs mesures pour aider les agriculteurs à améliorer leur rendement. En matière d’accompagnement, la Chambre a dédié plus de 12 MDH à l’accompagnement du développement agricole de la région. Ce programme est consacré au développement de la filière des productions animale et végétale via l’organisation de journées de formation et de sensibilisation au profit des agriculteurs et éleveurs de la région. Il faut rappeler que, cette année, les barrages de la région ont accusé une importante baisse des ressources en eaux et enregistrent l’un des taux les plus faibles de ces dernières années.

En effet, les cinq grands barrages enregistrent un taux de remplissage moyen de 49,8% avec des réserves en eau de 2.690 Mm3. Cette situation pourrait empêcher la satisfaction des besoins en irrigation des terres agricoles de la région, surtout que le bassin de Sebou recense une activité agricole et industrielle très importante, l’agriculture constituant la principale activité économique du bassin avec une superficie agricole utile de 1.750.000 ha (20% du potentiel national). La superficie irriguée actuellement dépasse les 400.000 ha. Les principales activités industrielles sont l’agro-industrie, notamment les sucres, huiles, lait et papiers, ainsi que le tannage. Cependant, l’irrégularité des précipitations constitue un facteur limitant le développement socio-économique du bassin. 

Mehdi Idrissi / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page