Maroc

Fès-Meknès : c’est parti pour la plateforme régionale d’autonomisation des femmes

Le ministère de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille a lancé une plateforme électronique d’inscription des femmes au programme «Al Jisr pour l’autonomisation et le leadership». Cette initiative vise l’accompagnement de 3.000 femmes de la Région Fès-Meknès. À noter que 200 d’entre elles se sont inscrites sur cette plate-forme en l’espace d’une heure.

Dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du programme gouvernemental 2021-2026 relatifs à l’augmentation du pourcentage d’activité des femmes, pour le porter à 30% au lieu de 20% actuellement, la ministre de la Solidarité, de l’insertion sociale et de la famille, Awatif Hayar a lancé, vendredi à Fès, la plateforme électronique d’inscription des femmes au programme «Al Jisr pour l’autonomisation et le leadership», visant à faciliter l’autonomisation économique des femmes dans la Région Fès-Meknès.

Il s’agit d’un projet qui intervient en application des Hautes directives Royales pour la promotion de la condition de la femme dans les différents domaines. Ce programme, fruit d’un partenariat entre le conseil de la Région Fès-Meknès et le ministère de tutelle, est considéré comme la pierre angulaire de la nouvelle stratégie «Al Jisr» du ministère de la Solidarité. Il vise à faciliter l’accès des femmes au marché du travail et à développer l’entrepreneuriat féminin en les accompagnant et en les formant, afin d’améliorer leur expertise et leurs compétences dans le domaine de la création d’entreprise et la réduction des disparités régionales.

Accompagnement de 3.000 femmes
Lors de la cérémonie de lancement de cette plateforme, la ministre a précisé que cette initiative accompagnera près de 3.000 femmes dans la Région. «Le programme contribuera au renforcement des capacités des bénéficiaires et leur autonomisation économique à travers la création d’une coopérative ou d’une entreprise», précise Awatif Hayar. Il sera procédé à l’implication de la société civile dans leur accompagnement et à l’enregistrement des associations opérant en matière d’intégration socio-économique.

De son côté, le wali et gouverneur de la préfecture de Fès, Said Zniber, a indiqué que «ce programme constitue un nouvel outil efficace pour renforcer la convergence des plans menés par les différents services et instances de la Région», ajoutant que «l’adoption de cet outil intervient en application des orientations Royales relatives à l’amélioration de la condition de la femme dans les différents domaines».

Le programme tend ainsi à développer l’entrepreneuriat féminin et à faciliter l’accès des femmes au marché du travail, tout en les accompagnant par des programmes de formation adaptés. Pour sa part, le président de la Région, abdelouahed El Ansari, a affirmé sa volonté d’ériger cette plateforme en tant que levier, parmi d’autres, du programme de l’autonomisation économique des femmes.

Aussitôt créée, la nouvelle plateforme électronique a connu l’inscription d’environ 200 personnes en l’espace d’une heure, et ce à la faveur des efforts déployés par les cadres de l’Entraide nationale et l’Agence de développement Sociale (ADS), lesquels ont bénéficié d’une formation à cet effet.

Un centre pour personnes à besoins spécifiques à Tahla
Dans le cadre du programme d’accompagnement des personnes vulnérables par l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), la ministre a procédé, vendredi dernier, à l’inauguration d’un centre pour personnes à besoins spécifiques, dans la commune de Tahla. Cette structure, dont la réalisation a coûté 4,1 MDH, est le fruit d’un partenariat entre l’INDH, le conseil communal de Tahla, l’Entraide nationale et l’association «Karama pour les personnes à besoins spécifiques», en charge de sa gestion.

Ce centre, destiné aux personnes à besoins spécifiques, a pour objectif d’accompagner et de prendre en charge cette catégorie de citoyens et leurs familles, de développer leurs capacités cognitives et professionnelles et de leur prodiguer des prestations éducatives, médicales et paramédicales. D’une capacité d’accueil de 100 bénéficiaires, il comprend une salle multifonctionnelle, des salles de soins et d’éducation ainsi que d’autres dépendances.

«Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes directives royales, visant à renforcer l’État social, ainsi que du programme gouvernemental. La ministre a précisé que son Département a alloué, au cours de l’année en cours, une enveloppe globale de 340 MDH pour la scolarisation des enfants handicapés».

Lors de cette rencontre, Yassine Afrani, directeur provincial de l’Entraide nationale, a précisé que cette visite a permis de donner le coup d’envoi d’un service faisant partie des prestations de nouvelle génération de l’Entraide nationale et du ministère de la Solidarité, de l’inclusion sociale et de la famille, en l’occurrence le programme «Jisr» visant le développement de la digitalisation pour faciliter l’accès des bénéficiaires aux services sociaux.

La visite a été également l’occasion de s’arrêter sur le bilan de l’offre sociale de l’Entraide nationale dans la province et de faire le point sur d’autres programmes, notamment ceux relatifs à la formation professionnelle et à la lutte contre l’analphabétisme.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page