Maroc

Fès/BTP : un centre de formation pour combler le déficit en main-d’oeuvre qualifiée

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Le projet du Centre de formation professionnelle du BTP de Fès est sur les rails, avec le lancement des travaux sur un terrain de plus de 7.500 m2. Les professionnels s’attendent à une relance du secteur sur de bonnes bases avec, comme perspective, la fin de la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans la région.

Après la période de pandémie accompagnée de difficultés économiques et financières aigues pour une majorité d’entreprises des BTP, les professionnels du secteur de la Région Fès-Meknès s’attendent à une relance sur de bonnes bases et escomptent mettre fin aux problèmes liés au manque de main-d’œuvre qualifiée. Qu’il s’agisse de coffreurs-boiseurs (maçons spécialisés dans l’utilisation du béton armé), de ferrailleurs (spécialistes de cloisons et de façades), de grutiers (conducteurs de grues), ou de mécaniciens, les professionnels du secteur nous ont dévoilé que les ouvriers qualifiés se font de plus en plus rares.


Pour alimenter les entreprises en main-d’œuvre qualifiée, les responsables de la région ont procédé, dernièrement, au lancement des travaux d’un centre de formation professionnelle dans les métiers du BTP à Fès. Réalisé sur un terrain de 7.559 m2, ce projet sera réalisé en partenariat avec la Millennium challenge account-Morocco agency (MCA-Morocco), la Commune de Fès, les ministères de l’Enseignement, de l’Économie et des finances, de l’Équipement et la Fédération nationale du BTP. Il sera financé par le fonds Charaka de l’Agence MCA-Morocco, avec une enveloppe de 70 MDH. Les responsables du projet estiment que ce dernier suivra un modèle de gouvernance où le secteur privé jouera un rôle important dans la définition et la gestion des besoins des entreprises, tout en garantissant une meilleure adéquation entre les compétences formées et les besoins du marché.

«Le Centre de formation professionnelle du BTP bénéficiera d’une forte implication du secteur privé, à travers notamment la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), représentée par son antenne régionale et plusieurs fédérations sectorielles, des organisations professionnelles ainsi que des acteurs de la société civile et du milieu académique», précisent les responsables du projet.

Il faut rappeler que ce chantier entre dans le cadre du deuxième programme de coopération (Compact II) conclu entre le gouvernement marocain et MCC. Doté d’une enveloppe de près de 100 millions de dollars, dont 30 millions mobilisés par l’État, il porte sur la création de neuf nouveaux centres et la reconversion de six autres existants. Ces établissements, qui accueilleront et assureront la formation de près de 8.400 stagiaires annuellement, sont localisés dans six régions du Royaume et couvrent plusieurs secteurs, à savoir l’agriculture, l’agro-industrie, le tourisme, l’industrie, l’artisanat, le BTP, le transport, la logistique et la santé.

Le Fonds Charaka a pour objectif de participer au financement des projets relatifs à la création, l’extension ou la réhabilitation de centres de formation professionnelle ayant pour finalité d’améliorer l’employabilité des jeunes et la compétitivité des entreprises, et ce, en contribuant à la mise en place d’une offre de formation professionnelle tirée par la demande du secteur privé et adoptant des modèles de gouvernance basés sur le partenariat public-privé (PPP). Rappelons qu’un appel à projets, auquel ont participé les différents organismes publics de formation professionnelle, en partenariat avec des fédérations et associations professionnelles, a été lancé. Les projets soumis ont été évalués suivant des critères de grande exigence lors de chacune des étapes de présélection puis de sélection. Sur 100 projets déposés, 15 ont été retenus au niveau national dont sept relevant de l’OFPPT. Il faut noter que la région contribue à hauteur de 9,5% du secteur du BTP dans le PIB national. Le chiffre d’affaires enregistré s’élève à 7,9 MMDH en 2019, avec une contribution de 26,4% à l’IS (2e position après le commerce). En matière d’emploi, le secteur du BTP est le 4e employeur de la région, avec 4.116 entreprises, dont 30.712 salariés affiliés à la CNSS.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page