Maroc

El Othmani dément les spéculations sur des «élections anticipées»

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

En réponse aux allégations sur de présupposées élections anticipées, El Othmani remet les pendules à l’heure lors d’une réunion partisane du Comité exécutif des élus du Parti de la justice et du développement (PJD) tenue le 11 mars à Rabat.


Le chef du gouvernement et secrétaire général du PJD, Saâdeddine El Othmani, a profité de la réunion du Comité exécutif des élus pour démentir certains propos sur des élections anticipées.

El Ohtmani a rejeté catégoriquement l’existence d’une quelconque intention de passer aux «élections anticipées». Il assure et rassure en expliquant que les allégations avancées dans ce sens ne sont que le fruit des réseaux sociaux auxquels il ne faut pas prêter attention. «Certains membres du parti m’ont contacté pour s’en informer. Je leur ai dit de ne pas accorder d’importance à tout ce qui se publie», leur a-t-il répondu.

Les membres du PJD qui ont pourtant cru à la véracité des allégations colportées par des ennemis de la Lampe ont été rassurés par la fermeté sans précédent d’El Othmani qui a avancé sereinement : «Nous venons de signer une charte de la majorité. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de différends entre ses composantes, mais ils sont normaux et ne constituent aucune menace pour la cohésion de la majorité».

El Othmani a également tenté de rassurer les citoyens en leur affirmant la fausseté de ces informations quant à des élections anticipées. Et de rajouter que «si un tel scénario était prévu, nous l’aurions avancé officiellement», a-t-il déclaré.

Par ailleurs, El Othmani est bien conscient que certaines parties ne veulent pas du PJD à la tête du gouvernement : «Certaines personnes ne veulent pas de nous à la tête du gouvernement et ceci depuis 2011». «On entendait la même chose au cours du mandat Benkirane à qui certains octroyaient six mois…au maximum», ajoute le chef du gouvernement.

Il est à dire que les sorties médiatiques récurrentes du secrétaire général du Rassemblement national des indépendants (RNI), Aziz Akhannouch, ont poussé les esprits à prophétiser des élections anticipées.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page