Maroc

Éducation/Maroc : le préscolaire enregistre des seuils records

Le département de tutelle a annoncé que les objectifs tracés pour l’enseignement préscolaire seront atteint avant l’échéance fixée. Le seuil de 65% a été enregistré pour le monde rural.

La généralisation des classes du préscolaire avance selon une cadence encourageante et devra assurer une plus grande couverture territoriale durant les trois prochaines années. C’est le ministre de l’Éducation nationale qui a donné le dernier bilan de ce segment important de l’amélioration des aptitudes des élèves marocains qui n’ont pas atteint l’âge de la scolarisation. Devant les élus de la chambre des représentants, Saaid Amzazi a indiqué durant la séance hebdomadaire des questions orales que le seuil d’encadrement a pu gagner 10 points, pour se situer actuellement à 23%, de même que le monde rural bénéficie d’un seuil de 65% des entités qui ont été ouvertes pour l’accueil des élèves de quatre ans. « Tous les indicateurs ont été dépassés, ce qui permettra la généralisation du préscolaire avant l’année 2027 », a précisé le ministre à propos du bilan des actions qui ont été menées, en dépit du contexte exceptionnel de la vie scolaire depuis mars 2020. En effet, la propagation de la pandémie n’a pas empêché la mise en œuvre des conventions qui ont été signées entre le département de tutelle et ses partenaires, en vue d’assurer la continuité des projets d’ouverture des classes, ainsi que pour l’amélioration du contenu pédagogique.


Plusieurs leviers d’amélioration
Le plan d’action qui a été tracé couvre des interventions spécifiques sur les différents lieux d’implantation des classes, mais aussi devra agir au niveau des différents leviers d’actions liés à la petite enfance au sein de l’enseignement public. Il faut dire que le principal constat demeure la forte présence du privé dans l’enseignement préscolaire, avec un taux qui dépasse 24.8%. Les prévisions pour les deux prochaines années attestent de la hausse de la demande, avec 39 % qui sont attendus. Pour l’État, la lutte contre les disparités en matière d’accès à l’éducation sera le principal souci pour les deux prochaines années. Au niveau régional, l’implication des associations des parents d’élèves dans la définition des priorités éducatives reste également une urgence, à côté du suivi régulier des projets qui sont menés dans le cadre de partenariats impliquant les associations. D’un autre côté, l’élargissement de l’offre, l’implication du privé, la gouvernance du système ainsi que l’épineuse question du manque des ressources humaines, sont autant d’éléments, parmi d’autres, qui focalisent l’attention au sein de la 1ère instance législative. Les efforts supplémentaires devront être déployés et qui visent essentiellement l’adoption d’une démarche anticipative pour l’enregistrement des nouveaux élèves, la lutte contre l’encombrement des classes, la requalification des espaces pédagogiques, le matériel scolaire, l’amélioration des mesures visant la qualité de l’enseignement et enfin le renforcement de la gouvernance. La préparation de la carte scolaire pour la prochaine rentrée sera donc dominée par les mesures destinées à assurer une présence plus équilibrée des classes du préscolaire. Plusieurs conventions cadres ont été déjà signées avec les Académies régionales de l’éducation et de la formation (AREF) pour améliorer le processus de création et de continuité de la gestion des nouvelles classes. L’une des pistes préconisées au sein de la chambre des représentants est de pouvoir arracher le préscolaire de la logique du marché et de faire de l’accès un outil d’atténuer les inégalités.

Plus de 110.000 nouvelles inscriptions

Le bilan remis aux parlementaires montrent que 4541 nouvelles classes ont été ouvertes, avec la mobilisation de 6583 éducateurs dans le préscolaire. Pour les effectifs inscrits, ce sont plus de 110.000 élèves qui ont été inscrits, au sein d’un réseau de classes qui atteint actuellement 47 682 classes du préscolaire au sein des établissements publics du primaire. Parmi les mesures importantes qui ont prises, la préparation du cadre référenciel des compétences pour les éducateurs, de même que la guide des procédures d’aides financières aux associations a été aussi édité. Des modèles types des conventions de partenariat pour la gestion des classes du primaire. L’enveloppe budgétaire qui a été allouée par le ministère de tutelle s’élève quant à elle à plus de 1,5 MMDH, et qui devra permettre d’atteindre l’objectif tracé pour l’année 2022, à savoir atteindre plus d’un million d’inscrits dans le préscolaire. Enfin, la liste des projets de construction et d’équipement des classes note que plus de 900 MDH seront consacrés à la construction de 3.170 entités, au moment où les équipements devront concerner 3.871 classes du préscolaire.

Younes Bennajah / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page