Maroc

Driss Faouzi: « Nous sommes la première PME à avoir réalisé un projet éolien de cette taille au Maroc »

Entretien avec Driss Faouzi, Directeur d’InnoVent Maroc

Vous annoncez d’autres projets éoliens en cours de développement au Maroc. Pouvez-vous en dire plus sur leur nombre, localisation, taille, spécificités, montant d’investissement ?
Nous souhaitons développer d’autres projets, qui sont en phase d’étude. Nous en avons actuellement trois dans le pipe. En ce qui est de leur localisation, à ce stade, de telles informations restent confidentielles. Toutefois, ils se trouvent dans des zones éligibles au développement, situées au Sud de Casablanca. Concernant les tailles, nous sommes principalement intéressés par les projets de petite taille et de taille moyenne, un peu comme celui de Oualidia, qui fait partie des quatre plus grands projets du groupe. C’est la politique du groupe et c’est sur ce genre de projets que nous sommes vraiment performants. Je précise qu’InnoVent est une entreprise de dimension moyenne. Nous sommes intéressés par des projets qui pourraient faire entre 10 et 40 MW. Nous restons toujours dans cette taille. Bien sûr, nous adaptons la taille du projet par rapport au réseau.


Vous avez livré le projet de Oualidia dans le cadre d’un PPA avec STMicroelectronics. Avez-vous d’autres clients intéressés par votre offre et comment les choses se passent-elles concrètement pour le démarchage ?
Lorsque nous avons démarché STMicroelectronics pour le site de Oualidia, le développement du projet était déjà bien avancé. Nous avions des éléments fiables à présenter au client, tel que les permis, le foncier, des études déjà réalisées, qui ont prouvé à STMicroelectronics que nous étions un opérateur sérieux et que le projet était avancé et qu’il allait voir le jour. Je rappelle que STMicroelectronics a la volonté de devenir Fully Green, c’est-à-dire totalement vert. Pour les autres clients que nous démarchons, nous prévoyons exactement la même stratégie. C’est-à-dire essayer d’aller voir le client avec le maximum de solvabilité. Leur démontrer qu’il y a déjà des éléments avancés et que nous sommes en bonne voie de finaliser le projet, avec en main les principaux éléments : les permis, le foncier, des études, plus une expertise et un projet de référence. Aujourd’hui, le cadre législatif n’est que sur la haute tension. Mais il y aura la moyenne tension, donc on sera à la fois sur des clients haute tension et moyenne tension.

Où en est l’évolution réglementaire du secteur des énergies renouvelables au Maroc ?
Actuellement, la loi ne permet que la vente aux clients haute tension et très haute tension. Il y a des évolutions qui sont prévues pour rendre -entre guillemets- «le cadre législatif plus dynamique». Mais à ce stade, je ne peux pas dévoiler d’éléments plus précis que cela. Ce que je sais et qui est très important, c’est qu’il faut que le réseau soit prêt à accueillir des capacités. Parallèlement, il faut qu’il y ait l’infrastructure pour accueillir les productions des différents sites. Nous restons très optimistes. Nous avons confiance dans l’avenir et dans le royaume du Maroc. Nous avons réussi Oualidia et comptons réussir d’autres projets. Comme j’aime le dire, nous sommes -entre guillemets- «des invités du réseau». Nous ne sommes pas là pour chahuter. Nous nous adaptons à ce que le cadre législatif nous offrira.

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page