Maroc

Développement des entreprises : L’ASMEX livre la recette de l’internationalisation

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

L’internationalisation des PME est aujourd’hui un véritable défi à relever par ce tissu économique. Dans ce contexte, une rencontre de l’Asmex permet aux entreprises de mieux connaître les principaux piliers d’un processus de développement à l’international.


Le développement des entreprises à l’international est aujourd’hui plus qu’un défi de performances pour le secteur privé, véritable levier de développement économique et social pour le Maroc. Cependant, si le tissu économique national est de plus en plus sensibilisé à la question, il n’en demeure pas moins que seuls les grands groupes intègrent d’emblée dans leur stratégie de développement l’objectif de l’internationalisation au moment même où les Petites et moyennes entreprises (PME) considèrent ce volet comme étant une préoccupation secondaire.

Dans ce contexte, l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), en partenariat avec Winvestnet, promeut des outils techniques et stratégiques pour le développement des entreprises marocaines à l’international à travers l’organisation d’une conférence tenue il y a quelques jours à Casablanca. L’objectif de cette rencontre est d’analyser le développement des entreprises à l’international, notamment à travers une réflexion sur l’Ecosystem 4.4 comme approche holistique. «Dans un monde où la concurrence est de plus en plus rude, la notion de globalisation d’une entreprise n’est plus une simple affaire de maîtrise de la production ou du marketing», explique l’Asmex. Dans ce cadre, Winvestnet, une plateforme de networking commercial et financier, qui compte plus de 170.000 membres actifs, a présenté les outils techniques et stratégiques dont l’utilisation optimale favorise le développement des entreprises à l’international.

«Les 4 piliers de l’internationalisation»
Animée par des experts du commerce international, certifiés par le Centre du commerce international, la rencontre aura donc permis de présenter l’Ecosystem 4.4, une innovation signée Winvestnet qui consiste plus concrètement à présenter un environnement d’affaires visant l’accélération du développement des entreprises à travers différents axes. Le premier consiste à assurer l’optimisation du sourcing avec le lancement de Yiwubuy, le plus grand groupement d’industriels au monde qui permet l’importation de matières premières et d’intrants dans les meilleures conditions.

Il s’agit également d’assurer la promotion de l’export via le Morocco Trade Center, un réseau de représentation de l’offre exportable marocaine sur 87 pays. En parallèle, l’internationalisation requiert une levée de fonds et un investissement stratégique qui peut, selon les experts participants à la rencontre, se faire par le biais de l’Africa Investment Marketplace, une plateforme d’investissement qui vise à assurer le renforcement de la position du Maroc en tant que hub régional pour les investissements vers le continent africain. Outre ces axes stratégiques nationaux qui peuvent aider les entreprises à y voir plus clair avant d’envisager un processus d’internationalisation, l’Asmex s’est ces dernières années érigée en force de proposition en émettant différentes recommandations à ce sujet.

Les reco’ de l’Asmex…
Le Maroc fait aujourd’hui face à un certain nombre de défis en matière de commerce extérieur. C’est dans ce contexte que l’Association des exportateurs marocains a fait part de trois recommandations clés. Ces dernières consistent à exercer une action efficace sur l’industrialisation, ceci afin d’orienter davantage les entreprises vers l’export. Il s’agit également, toujours selon les experts de l’Asmex de «prendre conscience de ses atouts et d’agir sur la valeur ajoutée des produits».

Plus concrètement, cette approche consiste pour le Maroc à «limiter les intermédiaires commerciaux qui récupèrent cette valeur ajoutée à leur compte». À titres d’exemple, certains produits du terroir marocain, très demandés dans le monde entier, tels que l’huile d’argan, l’huile d’olive, l’eau de rose, seraient selon l’Asmex, souvent vendus en vrac à l’international sans aucun effort fait sur le packaging de ces produits tandis que cela démultiplierait leur valeur à l’export.

Enfin, la troisième recommandation de l’Asmex consistait jusque-là à assurer un meilleur investissement dans le capital humain. Ce volet a trait à l’enjeu majeur que constitue aujourd’hui l’éducation qui permet d’assurer une formation à même de permettre, à moyen terme, une création de valeur sur les produits et services marocains dans une logique de compétitivité. 


 

Des e-plateformes pour booster l’internationalisation

La présentation de l’approche holistique de l’Ecosystem 4.4 aura permis de présenter les sites d’e-commerce derbomar.ma et marka.ma visant le positionnement du Maroc sur les marchés de gros et de déstockage régionaux. Tout comme Moroccan Corner, un réseau de magasins dédiés aux produits de terroir marocain et windestination.com, qui assurent la promotion du tourisme d’affaires vers le Maroc.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page