Maroc

Climat des affaires: ce que révèle l’enquête de Bank Al-Maghrib

Taux d’utilisation des capacités de production, ventes réalisées, carnets de commandes…Comment ont évolué ces indicateurs d’août à septembre ? L’enquête trimestrielle de conjoncture, réalisée par Bank Al-Maghrib, fait le point.

Un climat des affaires qualifié de «normal» par 59% des entreprises ; des conditions de production caractérisées par un approvisionnement en matières premières jugé «normal» par 72% des industriels ; une situation de trésorerie qualifiée de «normale» par 82% des patrons; ou encore un accès au financement bancaire jugé «normal» par 89% des dirigeants d’entreprises. Voici, de manière succincte, l’essentiel des appréciations des industriels marocains relevées par l’enquête trimestrielle de conjoncture de l’industrie, réalisée par Bank Al-Maghrib (BAM), au titre du troisième trimestre 2021. En y ajoutant des dépenses d’investissement en stagnation, selon 45% des patrons, en hausse selon 38% et en baisse selon 18% ; des effectifs employés en stagnation, selon 70% des industriels et en hausse selon 21%.

Le tout exacerbé par des coûts unitaires de production en augmentation, selon 60% des entreprises. Autant dire que les industriels marocains sont plutôt optimistes quant à l’évolution du climat des affaires. Mais cela ne signifie pas que tout est rose pour autant. Les carnets de commandes se sont établis à des niveaux inférieurs à la normale dans toutes les branches d’activité. Pour les trois prochains mois, les entreprises s’attendent, cependant, à une amélioration de l’activité. Toutefois, 35% d’entre elles déclarent manquer de visibilité concernant son évolution future. Allons y voir de plus près dans chaque secteur d’activité tout en soulignant que les coûts élevés des intrants, l’insuffisance de la demande et l’accentuation de la concurrence sont évoqués par les patrons comme étant les principaux freins à l’augmentation de la production.

Tous les indicateurs ne sont pas au rouge
Les résultats de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib, au titre du mois de septembre, font ressortir une amélioration de l’activité entre août et septembre. Ainsi, la production a progressé et le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) a augmenté de 2 points, d’un mois à l’autre, pour atteindre 73%. De même, les ventes et les commandes se sont accrues avec des carnets qui restent, malgré tout, inférieurs à la normale. La production a connu une hausse dans l’ensemble des branches, à l’exception de la «mécanique et métallurgie» qui a régressé. Pour ce qui est des ventes, elles ont également progressé aussi bien sur le marché local qu’étranger. L’ensemble des branches a enregistré une hausse, à l’exception, là encore, de la «mécanique et métallurgie». S’agissant des commandes, elles ont enregistré un accroissement dans toutes les branches d’activité sauf dans «l’électrique et électronique», où elles ont plutôt baissé.

Industries agro-alimentaires
En septembre 2021, la production de la branche «agro-alimentaire» a augmenté et le TUC a atteint 73%. Pour ce qui est des ventes, elles ont connu une hausse tant sur le marché local qu’étranger. Les commandes ont, elles aussi, progressé avec un carnet qui reste inférieur à la normale. Pour les trois prochains mois, la moitié des entreprises déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de la production et des ventes.

Industries textile et cuir
La production de la branche «textile et cuir» a augmenté dans toutes les sous-branches d’activité. Dans ces conditions, le TUC s’est situé à 67%. De même, les ventes ont enregistré un accroissement dans toutes les sous-branches. Par destination, elles ont progressé sur le marché étranger et stagné sur le marché local. Quant aux commandes, elles ont augmenté, avec des carnets qui restent inférieurs à la normale. Pour les trois prochains mois, les industriels s’attendent à une hausse de la production et des ventes.

Industries chimiques et parachimiques
La production dans la «chimie et parachimie» s’est améliorée avec un TUC de l’ordre de 79%. De même, les ventes ont enregistré une hausse aussi bien sur le marché local qu’étranger. Pour ce qui est des commandes, elles ont augmenté avec un carnet d’un niveau inférieur à la normale. Pour les trois mois à venir, les patrons anticipent une hausse de la production et des ventes. Toutefois, une entreprise sur cinq déclare manquer de visibilité quant à l’évolution future de la production et des ventes.

Industries mécaniques et métallurgiques
La production de la branche «mécanique et métallurgie» a connu une baisse, entre août et septembre, avec un TUC qui s’est établi à 65%. De même, les ventes ont diminué, aussi bien sur le marché local qu’étranger. En revanche, le carnet des commandes connait une certaine embellie, tout en restant en deçà de la normale. Pour les trois prochains mois, plus de la moitié des chefs d’entreprises déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de la production et des ventes.

Industries électriques et électroniques
Dans la branche «électrique et électronique», la production a progressé en septembre avec un TUC à 69%. De même, les ventes ont enregistré une certaine hausse, tant sur le marché domestique qu’à l’export. En revanche, les commandes ont reculé, avec un carnet qui se situe à un niveau inférieur à la normale. Pour les trois prochains mois, les industriels concernés anticipent une baisse de la production et une stagnation des ventes. Cependant, 26% des patrons déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution future de la production et 28% pour ce qui est des ventes, à l’instar des autres secteurs.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page