Maroc

Chasse au Maroc : il va y avoir du changement

Le nouveau statut de la Fédération royale marocaine de chasse (FRMC) vient d’être publié au Bulletin officiel (BO), conformément aux dispositions du dahir du 21 juillet 1923 sur la police de la chasse. En ligne de mire, les parties prenantes veulent faire le grand ménage dans cette activité, mais aussi consolider les acquis et poursuivre les efforts consentis ces dernières années pour continuer la dynamique de développement du secteur de la chasse porté par la nouvelle stratégie «Forêts du Maroc».

Les associations de chasses marocaines donnent un nouvel élan à l’organisation de leur fédération, après les tiraillements et discordes observés, au cours des dernières années. Pour marquer le coup, les nouveaux statuts de la fédération viennent d’être publiés au Bulletin officiel. La nouvelle a été rendue publique par le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rurale et des eaux et forêts, après un long travail de concertations entre les différentes parties prenantes, conformément aux dispositions de la législation sur la police de la chasse.


À titre de rappel, plusieurs divergences entre les membres de la Fédération royale marocaine de chasse (FRMC) ont été soumises aux tribunaux depuis 2014. «Ces nouveaux statuts marquent une nouvelle page dans la gestion de cette fédération et donnent un nouvel élan dans la protection de la faune sauvage et dans la lutte contre le braconnage et la mise en valeur du patrimoine cynégétique et de ses habitats. Le nouveau cadre permettra de garantir la participation de tous les chasseurs marocains via leurs associations cynégétiques dans la gestion de cette organisation à travers des mécanismes transparents et adaptés à ses missions», explique la tutelle. Rappelons que le nouveau statut a été publié conformément aux dispositions du dahir du 21 juillet 1923 sur la police de la chasse. Le dahir de 1923 a ensuite été modifié en 2006 en introduisant une disposition pour que le statut de la fédération soit publié au Bulletin officiel. Ensuite, il y a eu un décret de mise en œuvre de ce dahir, publié en 2011. Ce dernier a également autorisé l’administration en charge de la chasse, l’administration des eaux et forêts, à élaborer, en concertation avec la fédération, le statut qui vient d’être publié. Pour ce faire, plusieurs réunions se sont tenues entre la FRMC et l’administration, pour peaufiner la mouture de ce statut.

Des enjeux et une manne touristique importante
Il faut dire que les enjeux sont importants. Aujourd’hui, la chasse est non seulement une pratique de gestion durable des populations de gibier et des écosystèmes, mais également un outil de développement local et d’animation en milieu rural. En effet, le secteur de la chasse participe au développement régional et local à travers la création d’emplois en milieu rural de près de 1 million de journées de travail direct permanent avec une valeur ajoutée du secteur estimé à plus de 1 MMDH par saison de chasse, l’activité génère des recettes annuelles de plus de 40 MDH au profit du fonds de la chasse et de la pêche continentale. Des recettes générées au cours de plus de 10.000 à 15.000 journées de chasse par an pour la satisfaction des passionnés de chasse et des touristes cynégétiques venant essentiellement du Moyen-Orient, d’Europe et d’Amérique. La chasse permet également la valorisation de produits du terroir. La pratique de la chasse a toujours été ancrée dans les traditions profondes de la société marocaine. On compte, actuellement, près de 80.000 chasseurs organisés en plus de 2.000 associations de chasse, dont plus de 1.300 disposent d’une amodiation de chasse ou encore des concessions d’aires de chasse moyennant des redevances périodiques payées au département des Eaux et forêts. Sur la base d’un cahier des charges qui définit les actions et les mesures à mettre en place pour l’amélioration cynégétique des terrains amodiés, les associations participent activement à la gestion des territoires de chasse amodiée, d’une superficie d’environ 3 millions ha, à travers des investissements en matière d’aménagements cynégétiques, de lutte contre le braconnage et de repeuplement en vue d’assurer le développement de certaines
espèces de gibiers.

Un rôle de service public pour la FRMC
La Fédération royale marocaine de chasse jouera pleinement son rôle de service public pour la conservation et le développement des ressources cynégétiques dans l’ensemble du territoire du Maroc. Elle devra également jouer un rôle clé dans la formation, la sensibilisation au respect des bonnes pratiques, mais aussi dans l’encadrement et le renforcement du rôle des chasseurs dans l’animation des territoires ruraux. Ainsi, dans le cadre de la nouvelle stratégie «Forêts du Maroc», lancée par le roi, le département des Eaux et forêts a pour ambition de consolider les acquis et de poursuivre les efforts consentis ces dernières années pour continuer la dynamique de développement du secteur de la chasse. À ce titre, le nouveau cadre de la Fédération permettra d’accompagner le département dans ses missions et de contribuer à faire de la chasse un vrai levier de développement durable dans les zones rurales et de montagne. 

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page