Maroc

Centres hospitaliers universitaires : 1,7 MMDH pour la mise à niveau et l’équipement

Cinq partenariats ont été scellés par le ministère de la Santé avec des CHU en vue de financer la mise à niveau de ces infrastructures. Le ministre s’est félicité de la signature de ces conventions qui arrive à point nommé, certains centres hospitaliers universitaires étant «devenus anciens avec des équipements obsolètes». 

Un vent de renouveau souffle sur cinq Centres hospitaliers universitaires (CHU). Afin de mettre à niveau ces établissements et rénover le plateau technique en leur sein, des conventions de partenariat ont été signées mercredi entre le ministère de la Santé et de la protection sociale et les directions de ces CHU. D’un budget global de 1,7 milliard de dirhams, ces conventions s’inscrivent dans le cadre d’un programme d’action structurant d’une durée de deux ans, élaboré par le ministère en partenariat avec les CHU Hassan II de Fès, Ibn Rochd de Casablanca, Ibn Sina de Rabat et Mohammed VI de Marrakech et d’Oujda.

L’objectif dudit programme est de faciliter l’accès aux services de santé, améliorer la qualité de ces établissements et renforcer leur attractivité. Il s’inscrit donc naturellement dans le cadre de la mise en œuvre du chantier de réforme du système de santé national, mais aussi dans le cadre de l’institutionnalisation de l’obligation du respect du circuit des soins avec le passage en premier lieu par les établissements de soins de santé primaires ou chez un médecin généraliste ou de famille, afin d’améliorer les conditions de prise en charge des patients et de réduire les coûts inutiles.

Pour Khalid Ait Taleb, le ministre de tutelle, la signature de ces conventions arrive à point nommé, certains centres hospitaliers universitaires étant «devenus anciens avec des équipements obsolètes». Rappelant l’adoption, en conseil des ministres, du projet de loi-cadre 06-22 relatif à la réforme du système national de santé élaboré en exécution des Hautes Instructions Royales, Aït Taleb a réaffirmé, en marge de la signature, l’importance de la mise à niveau dans cette refonte.

Il a ainsi souligné l’impératif d’augmenter l’attractivité des structures hospitalières publiques, surtout avec la généralisation de la couverture médicale, ajoutant que ces conventions seront mises en œuvre avant fin 2022 en prévision du basculement, à partir du 1er décembre, du système Ramed vers celui de l’Assurance maladie obligatoire à même de recevoir les patients dans les meilleures conditions.

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page