Maroc

Campagne électorale. La HACA ouvre l’oeil !

La garantie du pluralisme dans les médias constitue une exigence prioritaire. Une série de mesures en vue de garantir l’équité d’accès des partis politiques aux medias publics et privés est prévue.

Comme le prévoit son mandat, la HACA constitue le principal organe de régulation appelé à assurer, durant la campagne électorale, la veille en matière de respect des principes de pluralisme et d’accès équitable aux médias publics et privés. Les normes imposées par le gendarme de l’audiovisuel découlent de sa mission de garantir «le pluralisme dans les services de radio et télévision ainsi que les principales règles professionnelles d’impartialité et d’honnêteté des programmes audiovisuels pendant les périodes électorales».


Il s’agit, à cet effet, de mettre en place une série d’indicateurs visant à apprécier «le principe de l’équité d’accès des partis politiques aux médias audiovisuels et les règles spécifiques devant encadrer la diffusion des programmes, le jour du scrutin». L’argumentaire de la HACA repose sur les attributions qui lui sont conférées, notamment pour ce qui est de la protection des auditeurs et téléspectateurs contre les atteintes aux principes du pluralisme. «Le fait que le régulateur, tout comme le législateur, aient consacré le principe de préservation de la liberté éditoriale des radios et télévisions, publiques et privées, ne signifie aucunement que ces médias soient dispensés de leurs responsabilités en matière de respect du pluralisme d’expression des courants de pensée et d’opinion», insiste la HACA, dans sa note adressée aux médias.

Les devoirs imposés aux opérateurs
Les radios et télévisions, tant publiques que privées, commencent, bien avant le début de la campagne électorale officielle, à adapter leurs offres et grilles de programmes d’information, et à animer le débat public, en relation avec les élections. De ce fait, le CSCA accorde une attention particulière à cette période précédant le lancement officiel de la campagne, et renforce sa veille pour garantir, de manière optimale, un accès équitable des partis politiques, en compétition électorale, aux différentes radios et télévisions.

Les programmes audiovisuels, qui font l’objet de suivi de la part de la HACA, sont ceux diffusés par les radios et télévisions pendant la période de précampagne et celle de la campagne électorale officielle. «La période de précampagne électorale est déterminée par une décision du CSCA, et commence quelques semaines avant le début de la campagne électorale officielle. Elle se termine à minuit, le jour précédant le lancement de cette dernière», insiste la HACA. Pendant cette période, cette dernière assure le suivi de tous les contenus liés aux élections, qui sont diffusés par les radios et télévisions, publiques et privées, «à leur propre initiative et sous leur entière responsabilité éditoriale», selon la même source.

Tous les teneurs liées aux élections font l’objet d’un monitoring précis par la HACA, qu’elles soient diffusées dans le cadre d’une programmation préétablie ou de manière incidente au cours d’une émission dont l’objet n’était pas initialement en relation avec les thèmes de la campagne électorale.

Les normes fixées pour la période de campagne électorale officielle

C’est le chef du gouvernement qui fixe, par décret, les mesures à prendre durant cette période. Les programmes associés à cette campagne sont diffusés uniquement par les radios et télévisions publiques généralistes, et recouvrent, essentiellement, les émissions d’expression directe, radiophoniques et télévisées, réservées aux partis politiques participant aux élections ainsi que les interventions des représentants des partis, engagés dans les élections, en tant qu’invités des journaux d’information.

A souligner aussi, qu’après l’entame de la campagne électorale, la couverture de leurs rassemblements électoraux est également concernée par le suivi de la HACA. D’un autre côté, le temps consacré par les médias publics, engagés dans la campagne électorale officielle, est réparti en quotas.

Ces quotas, déterminés également par décret, sont fixés sur la base de la représentativité des partis politiques dans les deux chambres du Parlement. «Le timing des émissions d’expression directe et l’ordre de passage des représentants des partis dans les journaux télévisés et radiophoniques sont fixés par tirage au sort, organisé sous la présidence d’un représentant du pouvoir exécutif, en présence des représentants des partis politiques participant aux élections, ainsi que des représentants des radios et télévisions concernées», indique la HACA. Durant cette période, la mission de cette dernière consiste donc à veiller au strict respect par les radios et télévisions concernées de leurs obligations fixées par le décret relatif aux programmes de la campagne électorale officielle.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page