Maroc

Campagne agricole : l’espoir est toujours permis

Les dernières pluies ont ravivé, chez les agriculteurs, l’espoir d’une campagne agricole aussi bénéfique  que celle de la saison  écoulée. Du côté du gouvernement,  la vigilance reste  de mise,  jusqu’à  janvier 2022.

«Le retard des pluies est rattrapable, puisque la période des semis s’étend jusqu’au mois de janvier, comme tous les ans, de même que la disponibilité de capacités suffisantes en matière de semis, jusqu’à un million d’ha par semaine, est assurée». C’est en ces termes que le porte parole du gouvernement, Mustapha Baitas, a tenu à tempérer les craintes suscitées par le retard des précipitations, constaté en octobre dernier, et qui a pesé lourdement sur le moral des agriculteurs marocains. Le compte rendu du dernier Conseil du gouvernement précise que le département de l’Agriculture «a pris toutes les mesures en vue de préparer la campagne agricole 2021/2022 et ce, en vue de garantir le lancement et le déroulement de cette campagne dans les meilleures conditions». En effet, les intrants de production agricole ont été fournis en quantités suffisantes pour couvrir les besoins des agriculteurs en semences sélectionnées subventionnées, en engrais et en pesticides, selon le bilan qui se dégage des actions qui ont été entreprises.

L’optimisme reste, par conséquent, de mise pour le département de tutelle, d’autant plus que la saison agricole écoulée a eu un impact positif direct sur le PIB national, qui s’est accru de plus de 17%. «Le PIB agricole devrait s’établir à 128 MMDH durant la campagne en cours», souligne l’argumentaire du gouvernement qui s’est engagé à assurer la mise en place d’un programme pour répartir les cultures d’automne à travers les régions, en tenant compte de l’état des ressources hydriques et des changements climatiques propres à la saison automnale. «La situation est suivie de près, de même que les mesures adéquates seront prises en temps opportun, en concertation avec l’ensemble des départements ministériels», indique la feuille de route de l’Exécutif. Il faut dire que le plan d’action a prévu aussi des mesures urgentes en faveur des petits agriculteurs, en cas de persistance de la baisse de pluviométrie, essentiellement des incitations relatives aux prix des semences, et à leur disponibilité, sans oublier les dispositifs spécifiques aux petites exploitations non irriguées, et destinées à atténuer l’impact de la baisse pluviométrique sur leurs rendements.

Il faut dire que le soutien aux petits agriculteurs et éleveurs reste le point nodal du dispositif projeté. Les objectifs tracés s’articulent autour de l’extension, de plus de 45%, de la superficie emblavée en semences sélectionnées de céréales d’automne, de 10% pour les légumineuses et de 31% pour les fourrages.

Les programmes finalisés
Le développement de l’irrigation figure en tête de liste des actions programmées durant cette campagne agricole. Le plan d’action du gouvernement insiste sur la modernisation des systèmes d’irrigation et la valorisation de l’eau dans le cadre du Programme national d’économie d’eau et d’irrigation (PNEEI). Il s’agit de la reconversion collective à l’irrigation localisée sur près de 50.000 ha additionnels, ainsi que de «la valorisation des eaux mobilisées par les barrages, par la mise en valeur de nouveaux périmètre irrigués au profit des petits agriculteurs. En soutien à ces derniers, le département de tutelle devrait lancer les travaux de réhabilitation de 200.000 ha de périmètres relevant de la petite et moyenne hydraulique (PMH), et procéder à la réalisation de seuils pour la recherche de nappes souterraines et le renforcement des eaux de surface. Le recours au Partenariat public privé (PPP) sera aussi amplifié durant cette saison agricole. Le plan d’action retient, dans ce cadre, plusieurs projets, notamment la poursuite de l’opération d’expropriation menée dans le cadre des deux PPP de Chtouka et Bir Jdid.

L’agriculture solidaire focalise l’attention

Le soutien de ce segment essentiel du secteur agricole se poursuivra durant cette campagne. Le gouvernement prévoit, dans ce registre, «la consolidation des acquis du Plan Maroc Vert (PMV) et la pérennisation des résultats et impacts des projets à travers l’achèvement de 279 d’entre eux, actuellement en cours d’exécution, ainsi que la mise en œuvre d’un programme de pérennisation pour 22 projets achevés. L’État insiste sur «l’émergence d’une nouvelle génération de projets d’agriculture solidaire, favorisant l’emploi des jeunes en milieu rural par la programmation de 40 projets agricoles de nouvelle génération, ainsi que la modernisation de la chaîne de distribution, dans le cadre de conventions de partenariats qui seront conclues avec les collectivités territoriales. Enfin, et en matière d’investissements assurés par le Fonds de développement agricole (FDA), «le ciblage des interventions, pour améliorer la qualité des produits agricoles», sera prioritaire au cours de la présente saison agricole.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page