Maroc

Autoroutes du Maroc : un plan pour amortir le choc

La crise de la Covid-19 a mis sous pression la trésorerie d’Autoroutes du Maroc qui a dû instaurer un plan de rationalisation et de priorisation des dépenses afin de limiter les dégâts.

Heurtée de plein fouet par la crise du coronavirus, la société Autoroutes du Maroc (ADM) a enregistré une perte de 437 MDH de chiffre d’affaires au premier semestre 2020. Le confinement et les mesures de restriction de la circulation «ont eu un impact direct sur le trafic autoroutier et, en conséquence, sur les recettes d’ADM et sa trésorerie», souligne un communiqué de la société. Ainsi, le premier semestre de l’année 2020 «s’est soldé par un recul de 32% pour le trafic autoroutier et de 29% pour les recettes de péage, soit une perte de chiffre d’affaires de 437 MDH à fin juin 2020 comparés aux mêmes périodes de l’année précédente». Cette situation inédite et imprévisible a mis la trésorerie d’ADM sous pression, ce qui a poussé l’entreprise à instaurer un plan de rationalisation et de priorisation des dépenses. La société fait savoir que ce plan est «axé sur la réduction du budget des charges courantes liées principalement à l’activité d’exploitation, et sur la reprogrammation des investissements liés à la construction d’infrastructure autoroutière, tout en maintenant les chantiers indispensables et prioritaires». Afin d’anticiper l’impact de la crise sur le reste de l’année en cours, l’entreprise a reprogrammé son budget annuel d’investissement et de fonctionnement avec une révision totale de 942 MDH.

D’un autre côté, la société affirme avoir «rapidement mis en place un dispositif pour assurer la continuité de son service public au standard de sécurité et qualité, tout en accompagnant son écosystème à travers cette crise», et ce, malgré la chute de ses indicateurs vitaux.

D’après la société, ce dispositif s’articule autour de cinq axes majeurs. Ils recouvrent la protection des usagers, de l’ensemble des ressources humaines d’ADM et des différents partenaires, à travers la mise en place des recommandations et des mesures de sécurité ; la continuité du service public et son corollaire indispensable à la préservation de l’écosystème marocain ; la réorganisation interne en mode «crise sanitaire et économique». Les quatrième et cinquième axes concernent respectivement le déploiement ainsi que le renforcement des solutions digitalisées au profit des RH, des partenaires et des clients-usagers, notamment le télépéage Jawaz avec la diversification des canaux de recharge digitaux, et enfin la mise en place d’un plan de communication de crise à l’adresse des clients-usagers, des RH et de l’écosystème. ADM, qui se dit déterminée à se mobiliser pour «assurer dans les meilleures conditions de sécurité et de qualité le service à l’usager», a également fait savoir qu’elle «mettra tout en œuvre pour sortir de cette crise le plus rapidement possible» afin de «garantir la continuité de son plan de développement».

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page