Maroc

Associations : Un plaidoyer pour le futur gouvernement

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

En pleine campagne électorale, le réseau associatif Tariq Ibnou Ziyad Initiative a rendu public son livre blanc qui sera partagé avec les partis politiques et sera présenté au futur gouvernement. Cent propositions ont été formulées et se focalisent sur les secteurs sociaux. 


«Demain le Maroc : 100 propositions pour booster les jeunes», est le thème du livre blanc finalisé par le réseau associatif Tariq Ibnou Ziyad après plus de 9 mois de recueil d’idées, qui ont été insérées dans le document final, lequel devra être présenté au gouvernement avant la fin de cette année 2016. L’essentiel des recommandations concerne les secteurs de l’éducation, de la santé, les personnes à mobilité réduite ainsi que les industries culturelles et la politique sportive.

17 propositions pour l’éducation
Le principal sujet sur lequel les membres de Tizi ont déployé l’essentiel des efforts renvoie à la réforme éducative. Plusieurs mesures seront présentées au nouveau gouvernement en vue de changer la donne au niveau de la qualité. Le réseau propose de créer un label de qualité pour la certification des écoles privées primaires et secondaires, ainsi que la création d’un réseau d’écoles subventionnées qui «seront gérées par des coopératives de professeurs», indique l’association. Pour les ménages dont les enfants sont scolarisés dans le privé, Tizi suggère de leur accorder un avantage fiscal formé par une déductibilité de la base de l’impôt sur le revenu de la totalité des frais engagés. En dehors du volet se rapportant au soutien aux ménages, l’association insiste sur l’optimisation des services de la carte scolaire aux niveaux régional et ministériel «afin de mieux gérer les ressources et effectifs des établissements scolaires». D’autres mesures réalisables, selon l’association, concernent la mise en place d’écoles communautaires dans le rural et le périurbain qui seront centrées sur les besoins régionaux. Pour la problématique des langues d’enseignement, une seule recommandation a été formulée et se contente d’indiquer de consacrer «le multilingue, tout en préservant les langues nationales». Pour combler en partie le manque cruel en ressources humaines, l’association propose dans son livre blanc «d’attirer vers le métier d’instituteur près de 20% des 40.000 détenteurs de mentions bien et très bien, avec une révision parallèle des conditions de rémunération, en particulier dans les zones rurales».

Une protection sociale efficace
«Tizi care» est le package qui a été conçu pour la réforme de la santé avec un constat majeur portant sur l’inefficience des dépenses budgétaires réservées aux services sanitaires. Les mesures préconisées tournent autour de la mise en place d’une Agence nationale de la santé (ANS) «chargée de superviser la mise en gestion des structures de santé aux gestionnaires privés et publics», mais aussi «délivrer une carte biométrique à chaque citoyen servant de tiers-payant et créditée d’une somme identique par tranche d’âge». Le livre blanc propose également que certaines structures sanitaires publiques puissent être gérées par le privé sur la base d’un cahier des charges «sous forme de pack», précise le réseau associatif ainsi que «l’autorisation de la publicité médicale non commerciale». Un important volet des 100 propositions porte sur la mise en place d’un observatoire national traitant des questions des personnes handicapées, de même que l’activation du décret du 29 mars 2002 qui impose l’utilisation des crédits alloués destinés à couvrir une partie des coûts d’acquisition des prothétiques fournis par les personnes nécessiteuses. Des allocations familiales sont aussi suggérées en faveur des parents, indépendamment de l’âge des enfants handicapés. Un traitement de faveur doit aussi être accordé aux personnes à mobilité réduite avec des réductions sur les prix des moyens de transport, et atteindre le taux de 7% d’employabilité dans le secteur public. 


Les leviers d’amélioration de l’employabilité
En plus de la contribution des entreprises à la conception des modules de formation dans les écoles, le réseau associatif propose d’adapter l’offre d’apprentissage aux spécificités territoriales et la création d’une commission emploi au sein des conseils d’administration et des observatoires sectoriels. Pour être plus efficaces, certaines formations professionnelles doivent être courtes, notamment celles à vocation technique. Pour le secteur public, le livre blanc suggère la reconversion des métiers avec «la fusion des bases de données RH de tous les fonctionnaires de l’État, accompagnée d’un recensement des compétences et l’instauration de primes de performance pour les fonctionnaires au sein de l’administration locale». Tizi pense aussi qu’il serait judicieux de créer un livret pour chaque employé qui servira de support lui permettant de reporter les informations concernant son parcours, tout au long de sa carrière.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page