Maroc

Anouar Benazzouz : “Les financements existent” 

Anouar Benazzouz
DG d’ADM et président de l’IRF
Quel était l’objectif de cette 4e édition de la conférence internationale sur la mobilité durable et la conférence annuelle de la Fédération internationale routière ?
C’est la quatrième conférence que nous avons organisée, en partenariat avec l’IRF, la Fédération internationale routière. Elle s’est tenue à quelques semaines de la COP27 prévue en novembre en Égypte.  Comme vous le savez, lors de la COP22, le Maroc s’est engagé sur plusieurs actions que nous avons voulu mettre en exergue. C’est à cet effet qu’Autoroutes du Maroc s’est engagé dans cette vision globale.
Deuxièmement, nous voulions partager et écouter ce que les autres institutions et associations ont fait dans le domaine de la mobilité durable. Par ailleurs, la spécificité de notre conférence c’est que nous avons pu ajouter les startups à qui on a offert un environnement idéal pour trouver des partenaires et accompagner notre secteur dans la décarbonation à travers le déploiement de leurs innovations.
Nous avons aussi remis des trophées à des personnes qui ont contribué à faire avancer notre secteur. L’objectif étant de montrer que des solutions existent et de s’inscrire dans un cercle vertueux.
Est-ce qu’on peut avoir des exemples de projets déjà réalisés par ADM dans la décarbonation ?
Le Maroc s’engage à baisser ses émissions de gaz à effet de serre de 52% à l’horizon 2030. ADM s’inscrit dans cet objectif de la CDN du Royaume. C’est dans ce cadre qu’on s’est doté d’un programme vert où nous avons déjà planté de 3 millions d’arbres. Actuellement, nous sommes en train de planter 800.000 arbres supplémentaires. Nous avons également un programme El Ard pour la stabilisation des talus où nous utilisons des plantes sauvages. Ceci sans oublier le programme Azur où on a mis en place des bornes de recharge pour les véhicules électriques de Tanger à Agadir.
Maintenant pour avancer dans les projets de décarbonation, il faut du financement. Comment faire pour relever ce défi ?
Bizarrement, il y a du financement. Il faut savoir où est-ce qu’il se trouve et comment postuler pour l’avoir. Par exemple, la BERD finance des projets de décarbonation, notamment dans la digitalisation dont on a bénéficié.

 

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page