Maroc

Alsa décroche un contrat à Marrakech

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Un nouveau mode de transport verra le jour à Marrakech avant le début de la conférence internationale sur le climat en novembre. L’opérateur de transport Alsa a décroché le contrat pour un tram sur pneu, moins coûteux et ne nécessitant pas la pose de rails.


À l’approche de l’événement de l’année, la COP22, Marrakech est en pleine ébullition. L’organisation de cet événement d’envergure internationale en novembre prochain est en passe de changer le visage de la ville, en mieux évidemment. Parmi les projets phares en préparation de cet événement, les transports occupent une place de choix. Ainsi, la mairie de Marrakech avait déjà annoncé la mise en place de bus électriques qui seraient opérationnels avant le démarrage de la COP en novembre prochain.

Aujourd’hui, les éléments du projet se précisent, donnant plus de visibilité sur la configuration qui sera retenue pour la modernisation du transport en commun de la ville ocre. D’abord, c’est l’opérateur espagnol Alsa (détenu depuis 2015 par un groupe britannique), qui gère déjà des systèmes de bus dans de nombreuses villes marocaines (dont Marrakech) qui a décroché le contrat. Une information relayée par l’agence de presse espagnole «Europa Press». Ensuite, le contrat porte sur la mise en place de quatre lignes urbaines.

Pas de rails à poser
Enfin, l’image de ce nouveau moyen de transport se dessine. Il s’agira en l’occurrence d’un système dit BRT pour «Bus Rapid Transit» électrifié. En clair, c’est un tramway urbain sur pneus, un système de transport en commun à haut niveau de service, avec des coûts moins élevés et une mise en place plus facile et rapide, ne nécessitant pas la pose de rails comme c’est le cas pour les tramways classiques.

Ce système de transport est caractérisé par quatre spécificités principales. Primo, le véhicule prend une position centrale sur la route. Secundo, la vente de billets se fera dans les stations et non par le conducteur ou des agents de transport. Tertio, chaque véhicule a plus d’une porte pour l’entrée et la sortie. Et enfin, il a la priorité permanente aux intersections routières. Les quatre lignes prévues, avec «0 émission» directes de GES, devraient être prêtes pour le service d’ici novembre de cette année avant le démarrage de la conférence internationale sur le climat.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page