Maroc

Aïd Al-Adha : Jusqu’où iront les prix des moutons ?

À en croire certains éleveurs, les familles marocaines devront payer au prix fort leur mouton cette année.

C’est le 12 septembre prochain que le Maroc célébrera l’Aïd Al-Adha. Plus encore que les préparatifs et la logistique qui accompagne cette célébration, les Marocains se préoccupent des prix du cheptel. Cette année, le marché promet des prix élevés sur le mouton, selon les premiers pronostics de certains éleveurs. Alors que plusieurs officiels rassurent sur les prix du mouton, certains éleveurs  semblent convaincus du contraire. «En période normale de l’année, le mouton est vendu entre 38 et 45 DH/kg», souligne un éleveur de la région de Settat.

Celui-ci assure qu’une flambée des prix a été constatée par rapport à l’année précédente et ce, dans plusieurs régions du pays. Pour Abdelali Ramou, SG du Syndicat des chevillards à Casablanca et membre de l’UGEP, les prix devraient exploser cette année. «Les prix du mouton seront plus élevés, cette année. Cette flambée s’explique surtout par la campagne 2015-2016 marquée par une mauvaise pluviométrie.

Sachant aussi que cette sécheresse a eu un effet négatif sur l’alimentation des bêtes», souligne Ramou, qui est également vice-président de la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (Fiviar). Cette année, un sardi, par exemple, est vendu entre 50 et 55 voire 65 DH, contre une fourchette, l’année dernière allant de 45 à 50 DH. Le prix au kilo pour un mouton de race barkia, quant à lui, varie entre 47 et 49 DH.

L’année dernière, cette race se vendait entre 44 et 46 DH. Un mouton de taille moyenne est vendu entre 3.600 et 4.300 DH, selon des professionnels de la région de Settat. Interpellé sur la question du prix, le président de l’Association nationale des éleveurs d’ovins et caprins (ANOC), Ben M’Barek Fenniri, déclare aux Inspirations ÉCO que les prix seront dans la fourchette de ceux de l’année dernière. Pour le président, c’est surtout la question de l’offre qui, en général, influence les prix.

«En 2016, c’est à peu près la même offre que l’année précédente. Certes, cette offre a connu une diminution de près de 2%, mais les éleveurs vont pouvoir vendre, sans problème, leurs animaux», estime Fenniri, pour qui les prix varient, cette année, entre 38 et 50 DH. «Les animaux de très bonne qualité se vendent entre 50 et 55 DH, mais la majorité des ovins se vendent entre 38 et 50 DH», précise-t-il. Ceci dit, des éleveurs aux bouchers, tous souhaitent profiter de cette fête pour gagner le maximum de bénéfices.  

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page