Maroc

Agences urbaines : le schéma de transformation numérique en gestation

Le repositionnement des missions des agences urbaines entame sa phase d’étude afin de mettre le numérique au cœur de la transformation des politiques publiques urbaines.

Les exigences imposées par l’amélioration des démarches administratives et la mise en place de services de proximité efficients ont poussé les agences urbaines à entamer leur phase de transformation numérique qui conditionne l’efficacité de la politique urbaine.

«La transformation numérique est amenée à se développer et le département de l’Urbanisme est concerné, aujourd’hui plus que jamais, par la manière dont il doit se saisir de l’outil numérique dans sa capacité à métamorphoser nos systèmes de planification, modes de gestion, de production et d’aménagement des territoires», indique la feuille de route qui a été tracée pour le changement attendu des modes d’intervention des agences. Il s’agit donc de renouveler le modèle d’action publique, renforcer le repositionnement des missions des agences urbaines et «développer des services innovants et adaptés aux citoyens et différents acteurs au plus près de nos territoires», précise la même source.

Les exigences de conformité au plan Maroc Digital
La réflexion lancée en vue d’un repositionnement des missions des agences urbaines découle directement des exigences imposées par le plan Maroc Digital, ainsi que par la Charte nationale de la déconcentration. «C’est dans cette optique que s’inscrit le projet de transformation numérique des agences urbaines qui est un prélude indispensable à leur repositionnement et au perfectionnement des politiques de leur management», explique la feuille de route.

À souligner que le principal objectif est de produire et de s’alimenter en données territorialisées pour la réalisation de diagnostics et d’analyses, ainsi que de consulter les informations et données publiques permettant de se renseigner sur des indicateurs métiers liés au secteur de l’urbanisme et aux phénomènes urbains. Objectif: «la conception et la mise en place d’un modèle d’agences urbaines numériques à l’échelle territoriale sur la base d’une vision prospective et avec la mise en place d’un système de veille urbaine». L’impact attendu en est la simplification des services offerts et le recentrage des agences sur leurs missions de base en vue d’atténuer les problématiques urbanistiques observées, et réduire ainsi les coûts d’exploitation des données.

Un système de veille territoriale est également projeté, qui va «mettre en cohérence les différents systèmes d’information développés par les agences urbaines et les faire converger vers des solutions partagées», souligne le dispositif projeté. Le chantier de transformation numérique sera articulé autour de la mise à jour des indicateurs liés à l’observation des mutations et phénomènes urbains dans leur diversité, ainsi que l’approche transversale des problématiques concernées. Les concepteurs du projet visent, en dernier lieu, la mise en place d’un système national commun aux agences urbaines du pays. Pour rappel, plus de 100.000 ha ont été ouverts à l’urbanisme, durant la période 2016-2020, soit 606 documents d’urbanisme qui ont été élaborés avec une moyenne annuelle de 120 documents.

Une plateforme de veille urbaine

La consolidation de l’expérience des agences urbaines en matière de management de la qualité sera opérée, via la mise en place d’une plateforme de veille urbaine et d’échange permettant l’amélioration et la valorisation des connaissances sur les problématiques urbaines. Le traitement de l’information collectée devra obéir à «une nouvelle stratégie entre les différents acteurs, producteurs et utilisateurs de la donnée», selon le schéma de la transformation numérique qui a été finalisé.

La révision des missions des agences urbaines sera, quant à elle, précédée par «la définition d’un mode de gouvernance à adopter et d’une plateforme de veille urbaine, en précisant les moyens et dispositifs nécessaires pour la concrétisation de ce projet». Durant cette étape, une liste de projets numériques sera établie et va focaliser sur les volets relatifs à la gestion des données, leur hébergement et leur sécurisation. À noter enfin que l’étude, qui sera lancée pour la dématérialisation et la numérisation, devrait permettre l’établissement des référentiels standardisés pour l’ensemble des métiers des agences et l’inventaire de documents à numériser pour tous les processus à dématérialiser.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page