Politique

Tribunal numérique : le chantier au ralenti

Le ministre de la Justice veut accélérer la cadence de la construction du «tribunal numérique» qui peine à sortir de «terre».

La transformation digitale de la justice avance sûrement mais lentement. Si le chantier du « tribunal numérique» prend forme, il y a encore beaucoup de travail à faire. Le ministre de la Justice Mohamed Benabdelkader ne dira pas le contraire puisque c’est lui-même qui en appelle à toutes les composantes du système judiciaire, à leur tête le corps du secrétariat-greffe, à s’impliquer dans le plan de transformation numérique de la justice. Le membre du gouvernement, cité par la MAP, compte énormément sur l’implication du secrétariat-greffe afin d’assurer la bonne mise en œuvre des projets et programmes du plan de transformation numérique du système de la justice. Pour Benabdelkader qui intervenait à l’ouverture d’une journée d’étude organisée par le bureau central de l’Amicale des fonctionnaires de la justice, en partenariat avec le syndicat démocratique de la justice, sous le thème « la position du corps du secrétariat-greffe dans les projets de réforme », l’heure est venue de mettre en avant l’importance de la participation de ce corps dans l’exécution de ce plan. Selon le responsable gouvernemental, ce plan vise à fournir une justice simplifiée, accessible et efficace. Il offre aussi un service judiciaire consacrant le respect des droits fondamentaux des justiciables et un tribunal intelligent tirant profit des nouvelles technologies pour promouvoir la qualité de ses prestations. À travers ces initiatives « sérieuses » et «déterminées», le département de tutelle oeuvre sur la base d’une nouvelle stratégie pour intégrer le secrétariat-greffe dans le chantier de la réforme globale et approfondie du système de la justice, a-t-il dit.


Par ailleurs, le ministère de la Justice s’attelle actuellement à élaborer un plan stratégique intégré pour promouvoir et de moderniser l’administration judiciaire, a ajouté Benabdelkader, précisant que dans le cadre des projets dont le lancement est prévu pour les prochaines semaines, figure un guide des emplois et des compétences pour les cadres et les fonctionnaires du secrétariat-greffe. De son côté, le président de l’Amicale des fonctionnaires de la justice, Abdessadek Saidi, a fait observer que la structure sociologique du secrétariat-greffe a été radicalement changée. Ce dernier appelle à exploiter toutes les capacités dont jouit aujourd’hui ce corps à même de rendre la confiance au citoyen en la justice. Cette rencontre, à laquelle a participé une élite de juristes et d’experts, a constitué une occasion d’échanger les points de vue sur les étapes qu’a connues le chantier de réforme globale du système de la justice, les résultats obtenus jusqu’à présent ainsi que sur la position du secrétariat-greffe dans ce grand chantier.

Sami Nemli / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page