Politique

Région et commune d’Agadir : Achengli et Akhannouch aux commandes

Comme attendu, le Rniste Karim Achengli assurera la présidence du Conseil  régional du Souss-Massa. S’agissant du Conseil communal, et de façon inédite,  le Conseil communal d’Agadir sera présidé par le Chef de gouvernement et  secrétaire général du parti, Aziz Akhannouch.

Les jeux sont faits. À un jour du dépôt des candidatures à l’élection des présidents et vice-présidents des conseils régionaux et communaux, les alliances politiques se sont dessinées dans la Région Souss-Massa. Au terme d’une série de discussions, les coordinateurs régionaux du RNI, du PI, du PAM et de l’USFP, à Souss-Massa, ont rendu public, le 11 septembre, un communiqué où ils ont annoncé une alliance à l’échelle régionale, provinciale et locale. Les quatre forces politiques se sont engagées à mettre en place une coalition en vue de constituer le Conseil régional Souss-Massa.


Ce n’est pas tout : l’alliance porte aussi sur la constitution des conseils provinciaux, préfectoraux et communaux, en fonction des spécificités de chacun d’entre eux. Concernant le Conseil régional Souss-Massa, il sera présidé par Karim Achengli, ancien président de la Chambre de Commerce, d’industrie et de services de cette région. En se référant à l’alliance conclue entre les quatre formations politiques précitées, le RNI devrait remporter, en fonction des négociations en cours, quatre vice-présidences, et le PI obtiendrait deux postes. S’agissant de l’USFP et du PAM, ils hériteront des deux vices-présidences restantes. À préciser qu’en attendant l’officialisation de cette répartition, le conseil régional englobe 57 sièges.

Les élections régionales, à l’échelon du Souss-Massa, ont permis au parti de la colombe de remporter, selon les résultats définitifs, la moitié des sièges des membres du Conseil régional Souss-Massa, avec 23 postes. Il est suivi par le PI et le PAM avec, respectivement, 12 et 11 sièges. Par ailleurs, l’USFP, le PJD et le PPS en ont remporté trois chacun tandis que le MP et le Front des Forces Démocratiques (FFD) n’en ont obtenu qu’un seul pour chaque formation.

Conseil communal : 10 postes de vice-présidents en lice
S’agissant du Conseil communal d’Agadir, la municipalité d’Agadir, sera, comme attendu, présidée par Aziz Akhannouch, nommé Chef du gouvernement, vendredi dernier, par le Roi Mohammed VI, en vertu de l’article 47 de la Constitution. En se référant à la loi organique n°34-15, modifiant et complétant la loi organique n°59-11 relative à l’élection des membres des conseils des collectivités territoriales, le Conseil communal d’Agadir est constitué de 61 membres dont 21 femmes, la population de cette circonscription dépassant 400.000 habitants. Outre la présidence, qui revient à Aziz Akhannouch, les partis politiques constituant l’alliance n’ont pas encore tranché concernant les 10 postes de vice-présidents du conseil communal d’Agadir.

Toutefois, l’attribution de ces portefeuilles sera probablement similaire à celle de la région, conformément à l’alliance conclue, et aux négociations menées sur le plan national. Dans la commune d’Agadir, le nombre de votants s’élève à 54.522 personnes et le quotient électoral s’établit à 1.363 voix, pour la première liste, et à 2.596 voix pour la seconde, relatives aux femmes. Le RNI a ainsi remporté 29 sièges sur 61. La liste d’Aziz Akhannouch a glané 24.578 voix, soit 18 sièges (les deux listes) du conseil communal. Pour sa part, le PAM est arrivé en deuxième position avec 6 sièges, grâce à la liste de Hamid Wahbi qui a remporté 4.432 voix. Il est suivi par le PJD avec 4.047 voix, soit 5 sièges, (liste de Mohamed Belfakih) et l’USFP (liste de Mohamed Akernan), 5 sièges également. Le PI, (liste de Jamal Diwany) est arrivé 5e avec 4 sièges et 3.127 voix. D’autres formations politiques se partagent les 23 sièges restants de la commune.

Akhannouch attendu lors de la session élective
La tenue des sessions électives des présidents et vice-présidents a été fixée, par le ministère de l’Intérieur, du 16 au 25 septembre, conformément à la loi organique n° 111-14 relative aux régions et à la loi organique nº 113-14 relative aux communes. Le délai de dépôt pour les postes de présidents, ouvert depuis le 11 septembre 2021, expire le 15 septembre.

Parallèlement, la Cour constitutionnelle a annoncé, vendredi dernier, avoir entamé la réception des recours électoraux qui pourront être effectués au cours des 30 jours suivant l’annonce des résultats du scrutin du 8 septembre, pour l’élection des membres de la Chambre des représentants. C’est sur la base de la loi organique n°066.13, relative à la Cour Constitutionnelle, en particulier l’article 32, que cette institution a lancé cette procédure. Elle est destinée à l’ensemble des électeurs et des candidats concernés, avec obligation de mentionner le motif du recours sollicité.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page