Politique

PLF2022 : les conseillers s’adaptent au calendrier législatif

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Les membres de la 2e instance législative devront accélérer la procédure d’examen du projet de budget dans l’optique de son vote, prévu le 3 décembre prochain.

La programmation de l’examen du PLF 2022 figure en tête de liste de l’agenda des élus de la Chambre des conseillers qui devront se mobiliser dans l’objectif de boucler la deuxième lecture parlementaire dans les délais prévus par la loi organique des finances. Les conseillers sont, en effet, conscients de l’impact économique et social de l’adoption du projet de budget selon le calendrier initialement prévu, ainsi que sur le renforcement de la confiance des opérateurs et des partenaires économiques du pays.


Ainsi, et après le transfert du PLF 2022 par la Chambre des représentants le 14 novembre, ce sont 7 journées d’examen qui sont accordées à la Commission des finances et de la planification économique au sein de la Chambre des conseillers pour boucler l’examen des deux parties du projet, avant que le débat ne soit entamé au sein des commissions permanentes, lequel s’étalera sur 11 jours. La résolution, adoptée par le bureau de la 2e Chambre, indique que les conseillers devront entamer les séances plénières réservées au vote les 3 et 4 décembre prochains, en attendant que les présidents des groupes parlementaires confirment la date finale de la dernière plénière et la réponse de la ministre des Finances aux remarque des groupes parlementaires.

Dans un autre registre, les formations politiques, relevant de la Chambre des conseillers, devront formuler leurs amendements parallèlement à l’examen des projets de budgets sectoriels. À ce jour,  les groupes des syndicats n’ont pas décidé de présenter des amendements communs, avec des propositions séparées émanant de l’UMT, l’UGTM, la CDT et l’UNTM. L’examen des dispositions du PLF 2022 devra aussi faire l’objet d’un travail conjoint des groupes parlementaires de la majorité qui devront présenter des amendements groupés. Pour rappel, et durant les journées d’étude organisées jusqu’à présent par les représentants des formations politiques, l’enjeu de la réduction de l’impôt sur le revenu et la hausse des salaires, ont dominé la teneur des remarques émises par les groupes des syndicats et ceux de l’opposition.

Younes Bennajah / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page