Politique

Gouvernement: qui sera ministre ?

La nomination royale de la nouvelle équipe gouvernementale est imminente. Le Chef du gouvernement désigné a bouclé sa liste il y a quelques jours déjà. Certains ministres seront reconduits, selon nos sources.

À J-1 de l’ouverture de la session d’automne de la première année législative de la onzième législature, la formation du nouveau gouvernement est très attendue. Le Chef du gouvernement désigné Aziz Akhanouch aurait déjà bouclé sa liste après plusieurs réunions de concertation avec ses deux alliés (PAM et Istiqlal) de la nouvelle coalition gouvernementale.

La nomination royale devrait logiquement se faire avant l’ouverture du Parlement, prévue ce vendredi 8 octobre. Toutefois, la Constitution donne la possibilité d’inaugurer la nouvelle session parlementaire sans que le gouvernement soit formé. Mercredi, à l’heure où nous mettions sous presse, plusieurs noms de la nouvelle équipe gouvernementale ont circulé, comme à l’accoutumée après la formation de la majorité gouvernementale.

L’expérience montre que tant que les membres du gouvernement ne sont pas encore reçus par le souverain, rien n’est tranché. Mais certains calibres lourds ont toutes leurs chances d’intégrer le nouvel Exécutif. D’après nos sources, certains ministres seront reconduits, comme Moulay Hafid Elamay qui devrait rester à la tête du ministère de l’Industrie et du commerce. Des politologues préconisent un renforcement de son portefeuille avec le ministère de l’Énergie.

S’agissant du pôle économique, le Rassemblement national des indépendants (RNI) devrait préserver ses acquis avec les départements stratégiques, comme le ministère de l’Économie et des finances. Parmi les noms qui sont reviennent avec insistance figurent Zouhir Chorfi, actuellement secrétaire général de ce ministère. Le parti de l’Istiqlal détiendrait les ministères à caractère social, notamment l’Emploi, la Solidarité et la Santé.

Le PI a proposé plusieurs noms au Chef du gouvernement désigné, comme le secrétaire général de l’UGTM, Niama Mayara, la parlementaire Khadija Zoumi ou encore Abdelouahed El Fassi… Quant au Parti Authenticité et modernité, Abdellatif Ouahbi a, lui aussi, proposé plusieurs noms. Parmi eux, Mustapha Baitass qui pourrait prendre les rênes du ministère de l’Éducation nationale ou celui des Relations avec le parlement. S’agissant des ministères dits de « souveraineté », des changements sont attendus à la tête des ministères de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de la Défense et des Habbous et des Affaires islamiques.

À ce titre, quelques noms sont favoris, comme Abdellatif Hammouchi, Mohamed Yaacoubi, Youssef El Amrani, Ahmed El Abadi… En vue de mener à bien le Nouveau modèle de développement, le président de la Commission sur le modèle de développement, Chakib Benmoussa pourrait faire son entrée au gouvernement. Du moins, c’est ce que recommandent certaines voix au sein de l’échiquier politique.

Jihane Gattioui

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page